Cher toi,

On se connaît sans se connaître. Disons simplement qu'on se côtoie… depuis toujours. Pour tout te dire, je ne vais pas très bien en ce moment. Je suis vieille, très vieille. Et je suis fatiguée, si fatiguée… 

Depuis que je suis née, j'ai vu tant de choses. Des ères commencer et finir. Des rois être couronnés puis déchus. Des êtres vivre et mourir. Des gens exceptionnels lutter pour la justice et la liberté. Et pourtant, il y a peu, si peu de temps en réalité que tu es arrivé dans ma vie. Et je vais être franche avec toi, plus tu vieillis, pire c'est. 

On n'est pas censé se bonifier avec l'âge ? Apprendre de ses erreurs, gagner en maturité et tout le reste ? Non parce qu'excuse-moi mais j'ai pas vraiment l'impression que ce soit ton cas. Au contraire, plus tu vieillis, plus je souffre par ta faute, et dans l'indifférence générale en plus. 

Mais laisse-moi te dire que sans moi, tu ne pourrais pas respirer. Sans moi, tu ne pourrais pas manger ni boire. Sans moi, tu ne pourrais pas vivre.

Je suis là depuis 4,6 milliards d'années. Je sais pas si tu vois mais quand toi, tu célèbres le 120e anniversaire d'un congénère en grande pompe, c'est une poussière pour moi, un battement de cil. 

Pourquoi je te dis tout ça ? Parce qu'en 2000 ans, mon pauvre ami, tu as réussi à ruiner presque 4 599 998 000 années de vie. Tu te rends compte ou bien ??? J'ai mal, j'étouffe, je MEURS. Je meurs et toi, dans ton royal aveuglement, au nom de ta sacro-sainte "liberté" qui n'a désormais plus rien à voir avec celle de tes ancêtres, tu t'en fous allègrement. Mais ce que tu ne sembles avoir pas encore compris, c'est que sans moi, tu n'es RIEN.

Tes dollars, tes voitures, tes maisons et tes chaussures… t'en feras quoi quand je serai morte, et toi avec ? Non mais c'est une vraie question hein. Je te la pose parce que je te vois t'agiter du coin de l'oeil et brasser du vent depuis quelques milliers d'années sans autre objectif que de tirer la couverture à toi. 

Le pire dans tout ça, c'est que non seulement tu me tues et tu t'en fous mais qu'en plus tu marches sur les plus faibles pour parvenir à tes fins. Mais mon pauvre… au mieux ta vie durera un siècle. Et après? Après je serai peut-être encore là suffisamment longtemps pour voir tes enfants et leurs enfants et les enfants de leurs enfants vivre et mourir, mais après ? 

Quelle course à l'absurde ! C'est donc ça que tu veux ? Ou alors es-tu stupide ? Tant d'égoïsme me laisse pantoise, tu vois. Aujourd'hui, je vous vois, toi et tes pairs vous entretuer pour du pétrole, que j'ai mis des millions d'années à fabriquer, pour en faire de la merde. Je vous vois fabriquer des armes et les vendre à ceux-là même qui s'en serviront pour massacrer vos femmes et vos enfants. Je vous vois vous refermer sur vos frontières, quand d'autres meurent sous vos bombes… et, j'ai beau avoir quelques milliards d'années au compteur, je ne pense pas avoir assisté à un spectacle aussi triste, aussi affligeant et révoltant. 

Mais ne vois-tu pas, Homme, que sans moi tu n'es pas ? Que sans l'Autre, tu n'es pas ? Ne vois tu pas que le but de ton existence est de VIVRE et d'être et non d'AVOIR ? Je suis triste, si triste que tu ne t'en rendes pas compte. Demain, il sera trop tard. Heureusement, je vois ici et là s'élever des voix à contre-courant, des colibris voler avec leurs petites ailes. Moqués, raillés, ils naviguent à contre-courant mais à mon sens, ils ont le mérite d'exister, et de prendre le taureau par les cornes. Ils me redonnent espoir, un peu de foi en l'humanité. Des fois, je me prends même à rêver. Et si… 

Je te laisse méditer tout ça, de mon côté, je vais essayer de continuer à survivre, pour toi, pour tes enfants.

Ta planète.

Share Button

2 comments on “Allô le monde…”

  1. Ton cri de mots me fait penser à Céleste, ma planète,  le roman de Fombelle. Si tout ce qu'on lui faisait s' incarnait sur un visage, mesurerait-on enfin l'horreur ? Notre société de consommation est l'anti beauté : " Tu m'as donné ton or et j'en ai fait de la boue"… dans ce sens même le vers est foutu

     

  2. Je ne sais pas comment tu fais mais à chaque article tu réussis à me tirer une larme. Enfin je devrais dire presque chaque article, je ne pleure pas encore pour les couches lavables 😀
    Tu as une plume magnifique. Bravo pour cette lettre qui appuie là où ça fait mal.

    Bisous à toute ta petite famille <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *