Bledina gourdes compotes

Comme on change pas une équipe qui gagne, Blédina m'a proposé il y a peu, un nouveau challenge (oui, j'ai le goût du risque et j'ai trouvé que je n'avais pas assez de retard dans mes publications sur le blog). Mais noooon, je te parle pas du DIY de la Fête des Pères, ça c'est fait. Non, cette fois, il s'agissait de mettre en scène les nouvelles mascottes trop chou de leur nouvelle gamme de gourdes. Avec leurs nouveaux formats (par 4 ou à l’unité), ces gourdes de recettes fruitées inédites (avec pour certaines des légumes et une touche de lait) sont pratiques et nomades, idéales pour le goûter des grands bébés ! Je me suis prêtée au jeu et voici ma petite histoire…

Coco est un petit, tout petit perroquet. Des plumes toutes douces, de toutes les couleurs le couvrent des pattes au bec. Il est rigolo, Coco. Pour avancer, il sautille de branche en branche, d'arbre en arbre. Car Coco ne sait pas voler. Mais ce n'est pas pour ça que Coco est triste aujourd'hui. Non, il est triste car il a perdu sa famille.

Ce matin, son Papa, sa Maman et sa grande soeur se sont envolés en lui disant "attends-nous Coco, on va chercher des fruits pour le déjeuner". Coco adore les fruits. Il aime leur goût sucré, leur texture délicate, leurs parfums enivrants. Mais voilà, ça fait longtemp maintenant, que Coco attend tout seul sur sa branche. Et il a de plus en plus faim. Coco ouvre ses grands yeux noirs et scrute l'horizon. Mais rien. Pas de Papa, pas de Maman, pas de grande soeur. Pic-pac pic-pac font ses pattes sur la branche alors qu'il fait les 100 pas. Coco a beau être tout petit, il n'a pas froid aux yeux. Il est très curieux et intrépide, un véritable aventurier au caractère bien trempé. Du haut de son arbre, il pèse le pour et le contre. "Je suis sûr que si j'attends assez longtemps, ils vont finir par revenir les bras chargés de victuailles… Masi d'un autre côté, si je partais à leur recherche, nous serions tous réunis bien plus vite et je pourrais enfin me régaler avec tous ces fruits sans plus attendre…"

Coco l'explorateur a pris sa décision. A la une, à la deux, pouf, il saute de sa branche et part à l'aventure ! Papa, Maman, Grande soeur, j'arrive !!! Hop, hop hop, Coco sautille à gogo, quand tout à coup, il tombe nez à nez avec un drôle d'animal. Avec ses yeux rieurs et sa longue queue, il est occupé à brosser son pelage soyeux. Frrrrt frrrrt fait la brosse à chaque passage dans ses poils. "Salut, moi c'est Marcel le singe ! Et toi ? Que fais-tu ici, petit perroquet ?" – "Je ne suis pas petit ! proteste Coco, qui déteste qu'on lui rappelle sa petite taille, Je suis Coco, et je cherche ma famille ! Tu ne les as pas vus passer, par hasard ?" Marcel se gratte la tête et réflechit… scrrrtchhh scrrrrrtchhh "Non… J'ai vu 2 jolis papillons, un escargot baveux et un lapin ce matin, mais pas de perroquet !"

Flûte !, se dit Coco tout en reprenant sa marche, mais où ont-ils bien pu aller chercher ces fruits ?! Soudain, deux toutes petites voix le sortent de ses réflexions. "Bzzz bzz bzzzz !!" – "mmmmi mmmiiiiii mmmmmi !" Coco aperçoit deux petits, mais vraiment tout petits insectes sous une feuille. Mireille l'abeille et Annabelle la coccinelle sont en grande conversation. "Excusez-moi, avance Coco, auriez-vous vu…"  mais il n'a pas le temps de terminer sa phrase que les deux amies lui répondent à l'unisson "Nooon, nous n'avons rien vu ! Rien de rien ! Bzzz bzzz ! Nous sommes bien trop occupées depuis ce matin à savoir qui de la poire ou de la pomme est le meilleur fruit, voyons ! Bzzzzz ! Mmmmmmiii !!"

Tout penaud, Coco reprend la route. Hop hoph hop… hop…… hop…….. hop… ses petits sauts sont de moins en moins vigoureux. "Où est ma famille ? J'ai faim et je suis fatigué de les chercher partout !" C'est alors que… HOP HOP HOP, arrive un animal avec de loooongues oreilles et de petites moustaches, en faisant de grands bonds. "Oh, toi aussi tu sautilles comme moi ! Je suis Jojo le lapin, et toi, qui es-tu ? Tu as l'air d'avoir très faim !" Ravi de rencontrer un ami sauteur, Coco retrouve le sourire et répond "Je m'appelle Coco, je cherche mon papa et ma Maman depuis des heures et oui, j'ai vraiment très faim !!" – "Dans ce cas, veux-tu une délicieuse carotte Coco ?" – "Aaaah pouaaaahhh, quoi ? Une carotte ? Ah non, ah non ! Je ne mange pas de ce pain-là, moi ! Je veux des fruits !" Effaré, Jojo ouvre de grands yeux tout ronds : "Tu n'aimes pas les carottes ? Alors dans ce cas, je suis désolé, mais je ne peux rien pour toi !" et HOP HOP HOP, le voilà qui repart dans son terrier.

Fatigué, affamé, Coco n'a plus la force de sautiller. Il s'assoit dans l'herbe pour réflechir. "Ah, si j'étais resté à attendre sur ma branche ! Rien de tout ça ne serait arrivé, et peut-être même que j'aurais déjà eu à manger !" Coco se met à pleurer à chaudes larmes. Il voudrait rentrer chez lui, retrouver sa maman et lui faire un gros câlin. Mais sa maison est bien loin, et il ne saurait pas y retourner tout seul. C'est alors qu'une grosse voix grave s'adresse à lui "Eh ben alors ?! Que fais-tu là, petit perroquet ?" – "Je ne suis pas petit !" proteste Coco à travers ses gros sanglots. "Tu n'es peut-être pas petit au pays des perroquets, mais si tu me regardes bien tu verras que je suis bien plus gros que toi", répond la grosse voix. Coco sèche ses larmes et lève le bec. En effet ! Quel drôle d'animal immense ! Quatre sabots, une jolie queue et une longue crinière le contemplent placidement. "Je suis Jocelyn le cheval, et toi ? Qui es-tu, et que fais-tu par ici ?" – "Je m'appelle Coco et je suis à la recherche de ma famille ! ça fait plusieurs heures que je suis parti à l'aventure !" – "Oh, mon pauvre Coco ! Si tu veux, que dirais-tu de monter sur mon dos le temps que tu reprennes des forces ?" Content d'avoir trouvé un ami, Coco accepte volontiers. Hop hop hop, il sautille sur Jocelyn qui se met à avancer.

Du haut de son perchoir, sur le dos de Jocelyn, Coco retrouve un peu d'énergie. Il ouvre grand ses yeux d'explorateur et scrute le paysage, à la recherche de sa famille, quand il aperçoit une drôle de forme au loin. Blanche avec de grandes tâches noires et deux cornes très dures, un peu comme son bec. Jocelyn lui dit "N'aies pas peur, c'est Hortense, ma copine la vache ! Allons lui demander si elle a croisé tes parents et ta soeur !" – "Meeuuuuuh non ! Je n'ai vu personne par ici ! Meuuuuh des heures et des heures que je savoure cette herbemeuuuuh  si verte et si tendre et je n'ai croisé personnemeeuuuuh", répond-elle la bouche pleine.

"Ne t'en fais pas Coco, continuons à chercher" dit Jocelyn en s'éloignant vers la forêt. Heureusement que le cheval est là, car Coco se sent bien triste et bien fatigué. Il a peur de ne plus jamais revoir sa Maman, son Papa et sa grande soeur. Mais alors que Coco étouffe un sanglot, il entend un grognement qui lui dresse les plumes sur les ailes et lui donne la chair de perroquet. "GRRRRRRRRRR !!! Garrrrrrre !!! Qui va là ?" crie une voix depuis un bosquet. "Je suis Coco, et je veux juste retrouver ma famille", pleurniche le petit, tout petit oiseau, perché sur le dos de Jocelyn. "Aaaaah, dans ce cas…" dit un gros chat tacheté en sortant de sa tannière, "je peux peut-être t'aider !"

Coco n'en peut plus de sautiller de joie ! Enfin ! "Je suis Cintrrrrra la panthèrrrrrrre, et j'ai crrrrrrrroisé tout à l'heurrrrrre trrrrrrrois perrrrrrrroquets, les brrrrrrras charrrrrrgés de frrrrrruits bien mûrrrrrrrrrs." -" Oui, oui !! ce sont eux, j'en suis sûr !" pépie Coco. "Ils sont parrrrrrrrtis parrrrrrr là", montre Cintra en penchant sa grosse moustache à gauche.

"Parfait, dit Jocelyn, allons- y ! Et arrête de sautiller comme ça sur mon dos, Coco, tu me fais des guilis !!!" Mais Coco est bien trop content pour arrêter de sauter. Sauf qu'en arrivant au bord de la rivière, les deux amis n'ont aucune idée de la direction à suivre. Faut-il remonter le cours d'eau ? Ou bien le descendre ? Ou encore le traverser ? "Moi je sais, moi je sais !!", s'écrie une petite voix toute pointue. Coco tourne la tête juste à temps pour voir un éclair orange se faufiler derrière un arbre. "Si tu sais où est ma famille, je t'en prie, aide-moi à la retrouver !" Tout doucement, un animal à la robe flamboyante et au regard perçant s'avance vers Coco et Jocelyn. "Je suis Oscar le renard, et je crois bien avoir vu ton Papa, ta Maman et ta soeur tout à l'heure. Ils portaient des fruits qui avaient l'air délicieux et sont allés par ici", dit-il en montrant l'autre rive avec sa jolie patte blanche.

"Accroche-toi, Coco !" hennit Jocelyn en traversant la rivière. Coco ne tient plus en place, il sent que sa famille est là, toute proche… quand soudain "Papa !! Maman ! Grande soeur ! Vous êtes là !!" – "Oh Coco, te voilà !! Nous étions très inquiets ! Où étais-tu ??" – "C'est une looooongue histoire, mais j'ai bien trop faim pour vous la raconter maintenant !" répond le petit, tout petit perroquet en sautillant jusqu'à la montagne de fruits rapportés par sa famille. "Je vais manger, et puis Jocelyn et moi, on vous racontera tout ça !"

 

Share Button

1 comment on “Coco a perdu sa famille”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *