Depuis quelques jours, à l'initiative de ma copinaute Shivamama, je vois fleurir des articles sur la bienveillance, et la parentalité positive. Aujourd'hui, moi, je voudrais pousser une gueulante (oui, encore) à l'encontre de la bienpensance. 

Pour moi, la bienpensance, c'est la bienveillance poussée à l'extrême, celle qu'on voudrait nous vendre à toutes les sauces, celle qui ferait de ma vie une vie aseptisée, zéro risque, zéro défaut. C'est la performance de la bienveillance. Car si au départ, la bienveillance (pardon hein) est juste du BON SENS. La bienpensance, elle, c'est le côté obscur de la force. Faut scorer dans la bienveillance. Si a 50 ans, t'as un jour eu la veine du front saillante et un rugissement sorti de ta gorge de mère en perdition à l'encontre de tes gosses, alors t'as raté ta vie. 

Et bien, au risque de me faire fouetter sur la place publique, elle me fait chier cette bienpensance. Faut pas dire que mes enfants sont parfois relous, et encore moins le penser. Non, bien évidemment, ce sont des angelots, sages comme des images. D'ailleurs, vouloir des enfants sages, c'est mal. Il faut les laisser découvrir et les admirer appuyer sur tous les boutons de la cafetière ou bien dérouler tout le PQ dans la cuvette des chiottes d'un air béat. Chut, les enfants vivent. C'est merveilleux.

Faut pas dire que je suis fatiguée, parce que bon, mes gosses je les ai voulus, je les ai eus, et rapprochés en plus. De quoi je me plains encore ?!

Faut surtout pas photographier le petit dernier les yeux pleins de larmes parce que OH MON DIEU il pleure, mais que fais-je avec un objectif au lieu d'éponger son canal lacrymal !? Ni photographier le petit qui voulait bouffer une patate crue et qui, face à un refus de ma part, est parti bouder de lui-même dans un petit coin de la baraque (remember le Hibougate de 2015 les gars).

Faut surtout pas appeler son gamin "Pignouf" parce que bon, quand même, c'est pas très sympa, ni respectueux, et il va finir traumatisé avec 12 ans de psychanalise au cul. 

Faut pas non plus laisser ses deux fils boire un biberon au petit dej, parce que diantre, les bibs, c'est pour les bébés, à 2 et 3 ans et demi, on pourrait les laisser faire comme des grands quand même !

Faut pas dire que je demande pas de conseils ou au contraire, que je sais en demander qu'en j'en ai besoin, sous peine de passer pour une peste prétentieuse.

Faut jamais avouer qu'une fois, j'ai laissé pleurer mon enfant le temps de me laver et surtout, le temps de redescendre en pression pour pouvoir le cajoler de nouveau sans avoir envie de l'envoyer valser à travers la pièce.

Faut pas faire d'erreur. Faut être fraîche et dispose. Heureuse en toutes circonstances.

Faut pas dire ci, ni penser ça, filtrer tout et censurer beaucoup. 

Mais pardon. Pardon d'être qui je suis, avec mes failles et mes faiblesses. Ou plutôt non, pas pardon. Je suis qui je suis. Je sais ce que je vaux. Je n'oblige personne à me fréquenter, à partager mon avis, à lire mon blog ou regarder mes photos. Je sais où je vais, ce que je veux, ce que j'accepte et ce que je n'accepte pas. Ce qui m'énerve le plus ? C'est qu'en vertu de la sacro-sainte bienpensance, je n'ai même pas le droit de dire que tout ça me gonfle, puisque dès qu'un mot est plus haut que l'autre, dans le monde merveilleux de la bienpensance ouh la la, ça va pas du tout, cette fille est folle et hautaine et pénible. 

Scoop et rescoop. Et bah ouais. Il m'arrive d'être chiante, de dire de la merde, et parfois même de m'en vouloir. Il m'arrive aussi (j'espère) d'être drôle, de vous faire pleurer, de vous gonfler. Ben c'est comme ça. Ma vie, elle a mille couleurs, elle est faite de montagnes à gravir et de nids de poule, mais aussi d'aurores boréales, de coquillages où on entend la mer, et de rires d'enfants. Mes enfants.

Au fond, j'aimerais vous dire que si je vous apporte du positif, alors tant mieux, et que si ce que vous voyez ne vous plait pas, et bien je m'en tape. Mais en vrai, je suis touchée, je suis lassée de tous ces messages, tous ces commentaires incendiaires ou même parfois gentils et mais "juste" déplacés. J'aimerais pouvoir les lire et cliquer sur supprimer, sans plus jamais y repenser. Mais tu vois, ces mots, ils m'atteignent quand même, même si avec le temps, on apprend à hausser les épaules et à continuer d'avancer. Parfois, je me demande ce qu'attendent les gens qui me disent que je suis trop susceptible, trop conne, trop méchante, trop geularde. Que j'arrête de penser ? Que j'arrête de parler ? Que j'arrête de vivre en fait ?

Je comprends pas, et je comprendrai jamais. Décidément, la bienpensance, c'est vraiment pas mon truc. 

Share Button

6 comments on “La bienpensance”

  1. Encore une fois merci de dire décrire ce que je veux ressentir bravo bravo 

    C'est ce que j'essaie d'expliquer au futur parent n'écoutes que toi et blinde toi sur ce que les gens amis famille te diront 

    Cool Raoul lol

  2. Merci!!!! <3 parce que les blogs qui t'etalent la bienveillance avec des enfants qui sont parfaits et des parents tout aussi parfaits j'en peux plus. C'est ultra culpabilisant. Alors que m****, élever des enfants c'est pas de tout repos ni un long fleuve tranquille. Et la bienveillance quand j'ai pas fait une nuit complète depuis la naissance, je l'oublie parfois! Human inside!

     

  3. Bonjour, je cherche les bons mots pour expliquer ce que je ressens sans blesser qui que ce soit. 

    D'un côté, je partage ton avis sur ces donneurs de leçons qui te jugent, te font culpabiliser et te blesse. Et de l'autre, j'ai l'impression que c'est un peu la règle du jeu des blogs et autres réseaux sociaux:, il y a les trolls qui cherchent juste à t'emmerder, mais il y aussi il y a les gens "normaux" qui donnent leurs avis sans penser à mal et parce que c'est de l'écrit tu ne perçois pas forcément ce qu'ils voulaient te dire avec gentillesse. Et puis, il y a les lecteurs anonymes dont je fais partie, qui suivent ton blog/ Instagram avec plaisir mais qui ne se permettent pas de laisser des commentaires. 

    Bf tout ça pour te dire que tu dois prendre du recul. Comme tu le dis si bien, tu ne montres qu'une partie de ta vie et de celle de tes enfants, donc ne laisse pas les remarques te blesser, la plupart du temps ce n'est pas le but. 

    Bizzz d'une lectrice qui sort de l'ombre juste le temps de ce post

     

  4. J'aime beaucoup ta façon d'oser t'exprimer et montrer ta vie telle qu'elle est. Il y a des hauts des bas tu les assumes etc…Mais dans ton article on entend quand même un reproche à ceux qui font ca…La bien-pensance….ce n'est pas parce que pour toi ce n'est pas une évidence que ca ne peut pas l'être pr dautre…Et je trouve ça délicat de le dire comme si tu coup ceux qui fesait ca etait "faux" "culpabilisant" ou "parents parfait" …je fais parti de ces Maman La comme tu dois le comprendre mais jamais au grand jamais je me permettrais de fzire un commentaire là dessus…je penses que ca ne regarde que moi mes enfznts ma famille….

    donc tout à fait d'accord avec ton article pour  les donneurs de leçons et ceux qui critiquent certains de tes actes ou faits etc…juste meme Si je comprend que ca puisse agacer laissons aussi ceux pour qui ces choses là sont aussi évidente que la bienveillance pour toi:)

    mais bon en dehors de ca jadore tz lire Et jadore tes photos pleine de vie:) je ne parle même pas de tes snap qui me donneraient le sourire meme Si j'étais au fond du trou je pense 🙂 

    (je ne commente jamais alors La pour le coup Jai ecrit un pavé…)

    en espérant que j'ai su fzire passer mon message sans que tu ne le prenne mal ou quoi…du tout….parce que soyons bien d'accord chacun fait ce qu'il veut/peut chez soi! Chacun personne est différente…

    Je vous souhaites tout plein de jolies choses à tous les 4!

    une Maman bien-pensante (Mais relou Est chiante avec son chéri hahahaha chacun sa fasse cachée) 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *