parapluie

Ce soir, un cri d'alarme, un big up à toutes les mamans, tous les papas épuisés. Après un burn-out pro, et un burn-out maternel, j'ai juste un message à faire passer à toutes celles et ceux qui s'interdisent d'aller mal. Je voudrais juste vous dire qu'on a le DROIT.

Oui, on a le droit d'être fatigués.

On a le droit de ne plus en pouvoir.

On a le droit de s'asseoir et de n'être bons qu'à chialer.

On a le droit d'aller mal.

On a le droit de dire stop.

On a le droit de trouver nos enfants chiants (ils le sont parfois, merde !).

On a le droit de penser à l'instant T qu'on était mieux avant, quand on s'occupait de nous, et juste de nous.

On a le droit de penser que c'est difficile.

On a le droit DE NE PAS Y ARRIVER.

Je ne sais pas si tout les burn-outs se ressemblent, mais je crois quand même qu'ils ont en commun ce truc où on se dit qu'on a pas le droit. Pas le droit à l'erreur, pas le droit à l'échec, pas le droit de s'arrêter. Une fuite en avant. il FAUT réussir, il FAUT continuer, on compte sur MOI.

Je suis fatiguée ? Oui, mais je peux pas. On compte sur moi. J'ai pas le temps d'être fatiguée, j'ai pas le loisir d'être fatiguée, j'ai pas le droit d'être fatiguée. Et ben si. Etre fatiguée, épuisée, c'est pas un loisir justement. Attends, qu'on soit bien d'accord, je te parle pas de la fatigue de quand t'avais 18 ans et que tu faisais la teuf jusqu'au petit matin hein. Non, je te parle de la fatigue de 2 ans de nuits sans sommeil (parfois plus, parfois moins), je te parle de la fatigue d'être au service H24 de petites personnes qui dépendent ENTIEREMENT de toi et de personne d'autre, je te parle de la fatigue d'assumer la responsabilité de ces petites vies et de leur bonheur, qui sont tout ce qui comptent à tes yeux.

Ben parfois, on y arrive pas. C'est tout. Et je voudrais juste vous dire que ça ne fait pas de nous des parents pourris, des mauvais parents, des parents indignes. Ca ne fait pas nous des parents qui n'aimont pas nos enfants. C'est pas un jugement, c'est un constat. Je me demande souvent "Mais pourquoi elle y arrive, elle, et pas moi ?" avant de me souvenir que comparer, c'est forcément sur ou sous-estimer, soi, ou les autres. On passe beaucoup de temps à surestimer ce que l'on est pas et à sous-estimer ce que l'on est. Alors qu'il suffirait d'inverser la vapeur.

Si on s'acceptait tels que nous sommes, juste ça, ni plus, ni moins, avec nos failles, notre fatigue, notre humanité, alors peut-être que nous pourrions voir combien nous sommes de belles personnes. Echouer, temporairement, ne fait pas de nous des ratés. Cela ne veut pas dire que nos enfants ne sont pas heureux. Nous ne sommes pas plus, pas moins que les autres. Nous sommes juste nous, et nous avons le droit, oui vraiment, je l'affirme haut et fort, nous avons le droit de ne pas y arriver.

Nous avons le droit de dire que c'est trop difficile, que nous n'y arriverons pas seuls (autre symptôme du burn-out, la solitude, qu'elle soit "volontaire" ou non), que nous avons besoin d'aide, besoin d'air, besoin d'une pause. Ce n'est pas un DRAME. C'est juste un constat. Une bouffée d'air, un temps d'arrêt pour changer de perspective et enfin réussir à voir non pas ce que nous n'arrivons pas ou plus à faire, mais tout ce que nous avons déjà accompli, et tout le champs des possibles qui s'ouvre devant nous.

Ma Graine, je t'aime très fort, et ce texte, je l'ai écrit pour toi, pour nous (et aussi un peu pour toi ma Fred si tu passes par là), pour ceux qui nous entourent et qui ne comprennent pas toujours… <3

Share Button

16 comments on “On a le droit”

  1. Que dire. À part merci. Merci de mettre des mots, merci de dire que je ne suis pas seule et surtout merci de dire que je suis peut être une belle personne.

  2. Merci! Qu'est ce que ça fait du bien de ne pas se sentir seule! Et ducoup d'essayer de déculpabiliser… Je suis une nouvelle maman de 28 ans depuis trois mois et j'ai souvent honte de ne pas vivre ma maternité comme je l'avais imaginé. Alors merci de m'aider a me dire que je ne suis sûrement pas la seule!!

  3. Merci, parce-que ce soir, ça n'allait vraiment pas, et qu'une âme bienveillante m'a dirigé par ici. Je pleurais déjà toutes les larmes de mon corps et j'ai du faire marcher les essuis glaces pas mal de fois pour finir ton article, et maintenant je pleure encore plus mais putain qu'est-ce que ça fait du bien ! Comment on peut se laisser dépasser par un bébé de 4 mois ?! Je ne me comprends pas, je ne le comprends pas, je me sens tellement seule dans ma détresse…et là j'arrive ici, et je comprends pourquoi je pleure, alors ça fait moins mal. Et pour ça, merci ❤️

  4. Merci d avoir écrit ce texte grâce à toi j ai pu verbaliser mes difficultés et me dire qu il n y a pas que moi merci delphine

  5. Merci de mettre des mots sur mon ressenti, j'ai tellement désirer mes 2 poupées et pourtant je me sent tellement épuisé part moments. Ce sont presque 3 ans de nuits sans sommeil, des journée à 100 à l'heure, des cries, des larmes et surtout des sourires et des câlins qui réchauffe le coeur et l'esprit. Ma grande à 2 ans ma petite à 9 mois je les es désirez rapprocher, je suis fière de leurs complicité mais ce que je ne dirait jamais à personne ses combien parfois ces durs de gérer, dure de continuer à éduquer de façon bienveillante, dure de ne pas se cacher sous la couette en pleurant tellement l'épuisement est grand, je ne le dirais jamais car enceinte on me tellement répéter que je fesait une erreur que je ne leurs donnerai pas la satisfaction de voir que en effets parfois ses plus dure que d'autre car malgré sa si je retournerai en arrière je referai les même choix.

    Alors merci à toi d'écrire que ses normal et que sa ne fait pas de moi une mauvaise mère merci de m'aider à continuer

  6. Ouffff!! un grand MERCI et si je pouvais je te ferai un calin ( je ne suis pas du tout tactile, pour que tu mesures la force de ton texte). Je me sens moins moche ce matin grâce à tes mots. 

  7. amen

     

    parfois (souvent) mes enfants me gonflent, parcequ'ils se levent a 6h du mat tout les jours, qu'a 9h j'ai l'impression que c'est déja midi .. 2 ans de nuit hachés menus, des réveils la nuit, les microbes et compagnie.. j'ai souvent l'impression d'être la pire mere du monde, celle loin de pinterest et instagram

    merci <3

  8. On a le droit de te dire merci ! Merci pour ces mots si vrais et tellement trop réalistes. 

    Je me bats chaque jour contre l'épuisement. grace à toutes les belles personnes comme toi qui témoignent je me sens moins seule et plus forte (et aujourd'hui j'en ai bien besoin !)

  9. Cet article m'a remonter le moral à fond maman de 3 garçons (10, 5 et 1 an) et c'est pas tout les jours rose …

    Je te remercie complétement tu dis ce que beaucoup pense tout bas et ça c'est le pieds !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *