Depuis ce matin, je pleure toutes les larmes de mon corps.

Ce n'est jamais facile de commencer un nouveau travail, de devoir apprendre à connaitre de nouvelles personnes (contrairement à ce que tout le monde pense je suis très timide et je dois me faire violence pour aller vers les autres). J'ai peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas être opérationnelle assez vite, que les "anciens" ne m'apprécient pas, que mon patron se dise qu'il a fait une erreur en me recrutant. 

Mais j'ai aussi et surtout ce sentiment d'abandonner mes bébés. Oui le terme est très fort mais je le trouve encore faible par rapport à mon ressenti. Comme je le dis souvent, ce ne sont pas eux qui ont besoin de moi mais moi qui ai besoin d'eux, égoïstement.

Je n'ai qu'une envie : voir chacun de leurs sourires, apaiser chacun de leurs pleurs, soigner chacun de leurs bobos, entendre chacun de leurs mots, tenir leur main à chacun de leurs pas. Je suis une Maman. Pas que mais avant tout, oui. Leur Maman. Je dois, je VEUX être là pour eux à chaque seconde.

C'est certainement fou, et égoïste et ridicule mais mon coeur hurle dans mes oreilles que c'est comme ça et pas autrement. Travailler, c'est renoncer à une partie d'eux et donc une partie de moi. C'est très dur. Mon coeur saigne et je ne sais pas si je vais arriver…

Share Button

11 comments on “La reprise”

  1. Bonjour, 

    Ne dis pas ca ! Je sais que c'est difficile de reprendre le chemin du travail et de laisser ces enfants a quelqu'un d'autre. Mais tiens le coup, pour eux et pour toi ! Garde espoir ! Et la reprise est toujours difficile puis la, tu as fais tres fort car du jour au lendemain hop tu reprends la route du taf … Moi je te tire mon chapeau !! Courage pour cette semaine, elle va passer tres vite !

    T'embrasse et t'envois plein de courage !!

  2. Courage! La première c'est la plus dure! Et pense au moment de joie que vous allez vivre quand vous allez vous retrouver ce soir!! Mille bisous

  3. Comme je te comprends…. J'avais le sentiment d'être déchirée, écartelée même, de l'intérieur à ma reprise du travail… J'ai pleuré, je m'en suis voulue, j'en ai voulu à mon conjoint, à mon travail, à la société et ce besoin de fric qui m'obligeait à reprendre le chemin du travail et à abandonner mon amour de si petit bébé. J'avais l'impression que personne ne pourrait comprendre aussi bien que moi chacunes de ses mimiques, soigner ses peurs, ses pleurs… Lui donner autant d'amour simplement en le prenant dans mes bras, en le portant tout contre moi… 

    Et puis, ce qui me semblait être insurmontable l'a finalement été… Avec du temps, des larmes, le sentiment de renier qui j'étais vraiment, mais je l'ai surmonté. 

    Gabin a été mon meilleur réconfort, le voir heureux, épanoui auprès de quelqu'un d'autre m'a empli de fierté. Sa capacité à faire confiance, beaucoup plus facilement que moi d'ailleurs, ses sourires, ses nouvelles acquisitions, nos retrouvailles chaque soir ont fini par mettre du beaume, beaucoup de beaume sur cette nouvelle situation…

    Alors je te souhaite beaucoup de courage, de force et d'amour pour cette épreuve.

    Je te témoigne toute mon affection! 

    Johanna

  4. Ma chouchou d'amour, j'ai eu le même ressenti quand j'ai repris le boulot… Après presque 3 ans à la maison avec eux, ce fut vraiment très rude. Tu apprendras à savourer différemment les instants avec eux. Je te promets que ça va aller. Ce sera dur au début puis de moins en moins. Tu verras. Ce n'est jamais facile de les laisser. Comme toi j'ai souvent l'impression d'avoir plus besoin d'eux qu'eux de moi. Mais tu vas y arriver. Tu es la meilleure. 

  5. Ohlala je suis en recherche d'emploi et actuellement en stage intensif de code (26 ans un bebe un diplôme mais pas le permis…) et tes mots resones en moi. Je suis excité a l'idée de reprendre et en même temps j'évite les recherches j'ai pas envie ma ninette me manques… bref courage et dis moi ce ça ira ! 

  6. Je compatis à 1000%. Je pense que le contexte de ta reprise n'aide pas. Pour moi idem car c'était revenir dans un taf imposé après un bras de fer avec mon nouveau n°+2 et les RH et laisser ma fille chez la nounou alors qu'on rêvait de crèche. C'est la première fois (en 3 congés mater) que ça m'a vraiment coûté. Aujourd'hui je ne m'éclate pas dans mon taf mais TinyFairy est rentrée à la crèche et je me dis qu'au moins le positif c'est qu'elle découvre autre chose et après à vivre en collectivité. Et puis il y a quand même d'autres choses pour nous les mamans : être avec des adultes, avoir des conversations d'adultes, vivre un peu pour nous, ne plus être que la maman de et la femme de, s'amuser parfois au taf voire s'y éclater (bon moi j'en suis clairement pas là !!!), s'obliger à sortir de sa zone de confort, se remettre en question, apprendre de nouvelles choses… Enfin bref, c'pas simple. L'idéal serait de bosser à mi-temps ou en partie de la maison. Bref j'espère que tu vas trouver ton compte malgré tout dans ta nouvelle vie.

  7. Je compatis je suis passée par là il y a deux ans. On profite différemment des moments passés avec son enfant, le tout et de ne pas (trop ) culpabiliser. C'est bénéfique pour tout le monde: autant pour toi d'être avec des adultes que pour tes enfants d'être dans un autre milieu/contexte que la maison. Tout pleins de courage !!

  8. Je n'écris jamais de commentaires mais je souhaitais juste vous donner un peu de courage et de persévérance. Je suis passée par là, c'est un énorme déchirement , on est pris de culpabilité et on a tellement besoin d'eux.

    Mais ça fait du bien, à tous, d'avoir chacun nos moments. De pouvoir se retrouver et vivre encore plus fort les moments partagés, et je ne parle pas des retrouvailles 🙂 !

    Courage, il vous faut tenir, cela va aller de mieux en mieux. C'est tellement énorme de gérer boulot et enfants : c'est 2 journées dans la même. C'est pour ça que les mamans ont des supers pouvoirs 🙂

  9. Dur, car en plus de reprendre le rythme et pouvoir t'intégrer dans ton nouveau boulot, ça ne risque pas de t'aider. Je te souhaite par avance bon courage !

    Sache que, pour ma part, la reprise de mes études alors que mes twins étaient encore tout petits et que j'étais à la maison avec maman pour m'en occuper, a été très difficile. Et malgré le fait qu'aujourd'hui ils aient 5 ans (et demi bientôt), j'ai toujours envie d'être le plus possible avec eux, d'être emmerdé par le fait de devoir bosser car j'aimerai les prendre le midi et les faire manger à la maison, les garder le mercredi après-midi et ne pas me limiter aux activités du week-end avec eux, bref pouvoir être tout le temps avec eux.

    Je crois que ça s'appelle l'amour. Ne t'en veux pas, car tu dois aussi gagner de l'argent, et en un sens sois contente, ça veut dire que tu es folle de tes enfants, et ça pour moi c'est une chose très bien (même si dure à vivre des fois, j'avoue) 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *