Mon petit chat, mon petit rat, mon Papygluts, mon Raymond, mon Glutonardo, mon Gluts, mon Gloutchy, mon Goustouflous…

Je t'ai déjà écrit maintes et maintes fois. Et pourtant, ce soir, j'ai encore envie. J'ai envie parce que tu me touches.

Hier, pour la première fois en 22 mois 9 jours et 22 heures, tu m'as fait un câlin et un bisou. Toi tout seul, sans que je te demande, juste comme ça, par AMOUR. On se regardait dans les yeux et tu as posé ta main sur ma joue puis tu m'as embrassée, juste là, au creux du cou.

Je sais déjà en commençant cette lettre qu'une fois de plus, je n'arriverai pas à mettre des mots sur mes sentiments, mais depuis hier, je sens ta main sur ma joue. Ta main posée là, sciemment, pour moi, en cadeau. Comme pour me dire que tu m'aimes.

Ô Gustave… je l'ai attendu ce je t'aime, si tu savais. Je me sens si chanceuse de vous avoir dans ma vie, ton frère et toi. Vous êtes mes soleils, et mon bonheur est tout simplement de gravir autour de vous.

Mais contrairement à toi, ton frère est très câlin, très tactile. C'est "marrant". C'est marrant comme tu protestes dès qu'on t'approche d'un peu trop près. C'est marrant comme tu t'enfuis quand on veut te serrer dans ses bras. C'est marrant comme tu détestes qu'on te cajole, toi le BABI qui n'a dormi que sur moi pendant tes 6 premiers mois de vie et qui réclame les bras 100 fois par jour. C'est marrant qu'à l'aube de ton deuxième anniversaire, date qui marque pour moi la fin de ta vie de bébé et ton entrée dans le monde de l'enfance, tu te révèles soudain plus posé, plus doux.

C'est marrant, depuis un bon mois, tu dors. Est-ce que ton réservoir est momentanément rempli ? Est-ce que tes besoins sont enfin momentanément comblés ? Est-ce que finalement, j'ai réussi à devenir ta maman ? Celle que je voulais être pour toi sans jamais y parvenir.

Tu sais, mon Gus, depuis ta naissance, je dois te dire que tu t'es montré exigeant, si exigeant envers moi que j'avais l'impression d'être une bien piètre mère. Je te l'ai déjà dit, tu le sais, j'ai beau t'aimer de tout mon être, c'était difficile, parfois très difficile, d'être à tes côtés tant l'image que tu me renvoyais était laide à mes yeux. Et pourtant. Je suis restée, je me suis battue, pour toi, avec toi, contre toi aussi parfois, il faut bien le dire. J'ai été puiser loin, très loin dans des ressources insoupçonnées pour essayer de te donner ce dont tu avais besoin, sans savoir ce que c'était vraiment.

Ta main sur ma joue hier. Ce baiser sur mes lèvres ce soir. Tes clins d'oeil à table et nos fous rires rien qu'à nous. Tes nuits apaisées. Est-ce que finalement, j'aurais réussi ? 

Share Button

6 comments on “Ta main sur ma joue”

  1. Il est 6h14 je lis cet article et je pleure…je ne sais pas quoi dire mis a part merci et bravo.bravo pour la mere que vous etes .une maman en or pour vos enfants une maman "modele " pour nous peut être mais pour moi ce matin vous êtes une maman espoir …merci

  2. Comme je comprends ce ressenti. Ma fille n'a fait des câlins que après ses 2 ans. Avant elle refuser, elle réclamer les bras mais c'est tout, aucun bisous aucun câlins. Je profiter du biberon pour avoir un petit contact avec elle .J'en ai souffert énormément, je regrette de l'avoir mise le plus possible dans le transat ou dans son lit de peur qu'elle s'attache trop à moi et que je ne m'en sorte plus. Elle a 4 ans maintenant et elle déborde d'amour envers moi. Depuis le 1er câlin j'ai appris à lâcher prise et à la prendre dans les bras quand elle pleure. Je me suis battue pour que cela chance et la à 4 ans je me dis aussi que j'ai réussi et je ne referais jamais la même erreur. Ma fille me fait des câlins et c'est un bonheur fou. 

    Profitez en bien toi et ton fils…. 

  3. Je suis touchée. Très touchée par ton joli texte, cette lettre ouverte à ton petit! Et je ne sais pas comprendre ce que tu ressens, mais je sais que ma mère le pourrait. Je suis de celles qui détestent le contact avec les gens et qui ont privé leur mère de calins à partir du moment où j'ai pu tenir mon biberon seule. A partir de là, elle n'a eu de contacts avec moi que si elle avait à manger à me proposer et à 18 mois c'était terminé. Plus question d'aller sur les genoux, plus question de câliner, plus question de contact du tout! Alors je peux te dire, moi, adulte, que ma mère était très bien (est très bien d'ailleurs!) et qu'elle n'est pas responsable. C'est juste mon caractère. Et sûrement est-ce juste le caractère de ton fils! <3 Je te souhaite de nombreux moments comme ceux-là, mais s'il n'y en a pas, ou rarement, ça veut pas dire qu'il ne t'aime pas! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *