Source : Hoptoys
Source : Hoptoys

Deux ans, si petit, si mignon, si… CHIANT ! Je me souviens encore, innocente nullipare que j'étais, de ces enfants que je voyais au parc, au magasin, dans le bus, hurlant et se roulant par terre… "Oh vraiment, c'est quoi ces gosses ?! Et les parents, ils font quoi ? Ils attendent Super Nanny ou bien ?!!"

HA-HA-HA. Je ris. Amèrement et jaune fluo, autant te dire. Ce qui est drôle, c'est que je ne me souviens pas, ou peu, de la tronche desdits parents. Et pourtant, je l'imagine parfaitement. Je n'ai qu'à me regarder dans un miroir. J'appelle ça la gueule BDR (bout du rouleau). Présentement, je suis so BDR que ma gueule n'est pas beaucoup plus reluisante que celle de mon balai à chiottes Gifi à 1 euro.

Inutile de le rappeler, j'adore mes enfants. Ma relation avec Hibou est fluide, notre amour est puissant, posé, il ressemble à du granit. Il a toujours été là, il sera toujours là. Mais depuis quelques temps, comment dire ? Je pense que les gens de mon entourage doivent avoir très très envie d'appeler Super Nanny en nous voyant. Non pas que je sois débordée (en fait si mais chut), mais en ce moment, je prends bien cher.

Hibou ne sait plus. Il ne sait plus ce qu'il aime, ce qu'il veut, ce qu'il ne veut pas. Pire même, je crois qu'il a viré bipolaire. Tous les jours, nous rejouons la même scène : "JE VEUX UN CÂLIN" "Oh et bien viens dans mes bras mon Loup !" ** se laisse tomber au sol tel un vieux chamallow moisi** "HIIIIII AAAAAAAHHHH NAAOOOOONN ZE VEUX PAAAAAS DU CÂLIN !" Wokaaaaayyyyy… -__-

Il hurle, tape, se roule par terre et va même jusqu'à se griffer quand je contrarie ses plans. Entendons-nous bien, par plans, j'entends l'ascension de la commode façon 127 heures ou bien la réfection de notre installation électrique à dents nues. Parce que bon, sans être laxiste, je suis quand même plutôt cool. Enfin j'essaie quoi. Mais quand monsieur me lâche la main pour se ruer sur la route au milieu du carrefour, ou bien qu'il descend en marche de la planche de la poussette au moment de traverser, inutile de vous dire que ça me rend BARJO.

En ce moment à la maison, c'est donc fuis-moi, je te suis, suis-moi je te fuis, le tout entrecoupé de cris, de larmes, de jets de jouets, de "NON", de courses poursuites au moment de changer la couche, de passer à table, de mettre son pyjama, de se brosser les dents, enfin tout le temps quoi.

Ça a l'air con comme ça, hein, mais mille fois par jour, oui, non, je veux pas, viens là, aaaah huuuuuu oooooohhh ouiiiinnnnn, il y a vraiment de quoi devenir zinzin ! Je me rappelle encore avoir regardé ces enfants, ceux dont je te parlais plus haut, en me disant "Pffff, franchement, quel manque d'éducation, les miens, ils seront pas comme ça !"

HA-HA-HA bis. 1, je suis bien punie, 2, si je me croise en version jeune, je me fous des baffes. C'est un peu comme quand une personne dont l'enfant a par miracle le patrimoine génétique d'un ange te dit "non mais il suffit de… et t'as essayé de… ?" Là c'est moi qui ai envie d'arracher mes habits en me roulant par terre. Mais ouiiiii bordeeeeeeleuuuuuhhhhh, j'ai lu les putains de bouquins de la Filliozat lààààà et d'autres aussi d'ailleurs, j'ai essayé d'expliquer, de cajoler, de faire la grosse voix, de marcher sur les mains, de l'amadouer avec des Shokobons, de chier des bulles et de péter des paillettes mais je crois qu'il va falloir se rendre à l'évidence : rien ne fonctionne (et oui, j'ai lu "J'ai tout essayé" hein).

Le plus compliqué, c'est pas tant la gestion du conflit d'ailleurs, bien que ce soit éreintant au quotidien, mais plutôt l'origine de ce conflit. Je vois mon petit Hibou perdu dans un océan d'émotions et de stimulations. Il commence à s'affirmer (sans blague !), s'intéresse à tout, est très observateur et curieux. Il me parle parfois de ses craintes et fait des cauchemars depuis peu. Lui qui n'avait jamais peur de rien, il refuse désormais de s'endormir avec la porte fermée et sans sa petite veilleuse. Lui qui n'avait jamais mal, il se laisse maintenant tomber et hurle au moindre petit bobo.

Je vois mon petit Hibou lutter, essayer, recommencer, s'énerver, essayer encore. Je lui demande souvent "Tu as besoin d'aide ? Tu veux que je t'aide ?". Aide qu'il accepte volontiers, mais qu'il a encore du mal à demander de lui-même. Eh oui, il n'a QUE deux ans et demi. J'essaie aussi de mettre des mots sur ses émotions, et sur les miennes. Je lui explique la colère, la tristesse, la satisfaction, la fierté, le rire… C'est difficile car je vois qu'il ressent un véritable tourbillon de sentiments, qui changent sans cesse à l'image des sables mouvants. Rieur, il peut se mettre dans une colère noire la seconde suivante. Câlin, il peut se révéler apeuré l'instant d'après. Souvent, je me dis que ça doit être bien flippant et que je n'aimerais pas être à sa place.

Le souci, c'est que j'aimerais vraiment être un guide, un phare pour lui. Un monument inébranlable, un roc sur lequel il pourrait s'appuyer sans faille. Mais en bonne hypersensible euh… Moi aussi je suis parfois colère, ou larmes, ou fou rire…, je me laise souvent submerger, emporter par mes émotions. Difficile alors de lui dire que oui, on peut ressentir tout ça, et c'est ce qui nous rend humain et qui fait que la vie est belle mais que non, on ne peut pas laisser tout sortir sans filtre ; difficile de lui faire comprendre qu'il faut savoir se contenir. Perso, moi, je sais pas.

Bref, au départ, je voulais faire un article pour vous dire à quel point j'avais envie de l'étriper ce soir, un article au vitriol un peu rigolo, mais je m'aperçois qu'en fait, j'ai juste envie de le serrer très très fort et de lui dire que je l'aime.

Je disais quoi déjà ? Ah oui, il a viré bipolaire ! Ben je me demande bien de qui il tient ça, tiens !

Share Button

13 comments on “Terrible Two – SOS mon enfant a deux ans”

  1. Bipolaire Moi qui bosse en psy j’ai bien rigolé en lisant ça. Juste bon courage pour cette période pas simple. Je penserai à toi quand j’y serai à mon tour. Et puis dis toi que finalement c’est bon signe tout ça. Il s’affirme, devient un être à part entière et sera, j’en suis certaine, un super homme, mari et père. Les émotions ne sont pas contrôlables. Il va apprendre à les accueillir et les comprendre et c’est en ça que tu l’aide.

  2. Comme je te comprends! Bon, moi il a passé le terrible two, mais je pense qu’il me fait un fucking four :p (si si, ça existe!), du coup c’est chaut aussi! Il a du mal à gérer ses émotions, et même s’il arrive à mettre des mots sur ce qu’il ressent, c’est pas évident de ne pas se laisser submerger!
    Je me reconnais dans ton dernier paragraphe… Peut-être que je suis bipolaire aussi en fait ^^
    Bref, pas évident tout ça! Courage!! (Et je m’en souhaite aussi, car ma deuxième vient d’avoir 1 an, mais je la sens bien en avance sur le terrible two!)

  3. Amel 3ans fin mai l’est depuis ses 2ans et quelques mois (lol jaun)! Ça va ça vient j’ai arrêté de ne dire ouf c’est passé car 1mois, 2semaines, 3jours après c’est re le « bordel » dans sa tête, son coeur et du coup pareil pour moi! Négocier, laisser, écouter, accompagner, Filliozat, les conseils des mamans bienveillantes rien, RIEN n’y fait! Depuis peu j’ai le droit à « Je suis pas d’accord, je te mets à la poubelle! » … Okeyyyy je reste calme mais ça fait mal à mon coeur de maman et en même temps merdouille elle est chiante de fou à dire NON à peine je prends mon souffle pour lui parle! Alors désolé je n’ai pas de solutions, désolé je suis comme toi et je ne t’apprends rien mais sache que moi et les 10000000…..00000 d’autres mamans on est avec toi! Et non je ne sais pas si ça passera un jour! Des becs de Suiss!

  4. Merciiiii pour ton article! C’est notre quotidien depuis 15j, on se replonge dans tous les bouquins et on essaie de gérer comme on peut en restant zen, c’est l’horreur!!

  5. Ah ça me rappelle quelques souvenirs!! Ici c’est une période qui a duré plusieurs mois puis s’est doucement aplanie mais ce n’est pas facile…aucune méthode n’est bonne l’une fonctionne une fois puis une autre mais tout est finalement rentré dans l’ordre…ensuite ce ne sont plus que des souvenirs qui font sourire, COURAGE

  6. Le mien aussi est insupportable des fois. La dernière ce matin, je mets dans ma bouche le dernier bout de ma tartine. Et là, je veux ça ! Et pendant 5 minutes, pleurs pour récupérer mon bout de pain déjà dans mon estomac. Le truc qui marche en ce moment. Quand il m’énerve beaucoup et que je suis à bout je fais comme au yoga et je sors un son grave et long pour me calmer. Et là il arrête sa crise et « tu fais quoi maman ? » Et on peut discuter ensuite tranquillement du pourquoi de la crise. Il aura 3 ans dans 2 mois. Je croise les doigts pour que ça se calme. Bon courage.

  7. Oh magnifique phase ! Poupette y est aussi entré. Oh joie dans nos cœurs ^^Et même si moi aussi j’ai lu les bouquins, rien n’y fait. Un amour à l’instant T, un démon l’instant suivant. Et nous ? On peut juste encaisser tout cet afflux d’émotions et de je veux/je ne veux plus/je ne sais pas ce que je veux/mais flûte qu’est-ce que je veux/je ne sais plus/cri-pleurs-hurlements de frustration (ça vaut pour le gosse et la mère d’ailleurs ^^)

  8. Quel humanité et quel honnêteté..je t’adore! Je suis psy et je vis La même chose que toi…sauf que on me juge plus durement à cause de mon métier. Je vous embrasse très fort et continuons à apprendre ensemble.

  9. Et concrètement on fait quoi quand il hurle, qu'il est inconsolable, qu'il est usé….

    dure dure cette crise, je viens officiellement de grimper la marche de la BDR académie !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *