enfant-salopette

Voilà. C'est dit. C'est ma confession du jour. Je l'admets, je ne comprends pas les oufs gens qui te disent "J'adôôôre les enfants" façon Chouchou-d'la-place-Clichy-qui-adôôôre-les-sushis. Les enfants, c'est des piles, ils courent, ils crient, ils en foutent partout et font plein de bêtises. Bon, OK, ils font aussi des câlins, et même des bisous parfois. Mais n'empêche.

Non, moi j'aime pas les enfants. J'aime DES enfants. Car vois-tu, dans le monde merveilleux dans lequel j'habite, pour aimer, il faut connaître. Un peu. Ou beaucoup. J'aime Nahira, j'aime Lou, j'aime Hugo, j'aime Simon, j'aime Emilie, j'aime Camille, j'aime Victor, j'aime Mouillette, et aussi Lila, ah et puis Elise et Margot, et puis tout un tas d'autres enfants que j'ai appris à connaître. Ils ont tous leur caractère (pas piqués des hannetons pour certains n'est-ce pas ?), leurs manies, leurs habitudes. Qui un câlin, qui une blague, qui une grosse colère, qui une timidité sans bornes, qui un sourire malicieux… Rien que d'écrire ses mots, je sens mon coeur s'emballer et les larmes me monter aux yeux (Oh rien de grave, depuis la naissance d'Hibou, regarder une feuille morte tomber de l'arbre me fait me liquéfier en torrent de larmes, je m'en remettrai tu sais).

Mes neveux et nièces, je n'en parle pas souvent ici, mais je les aime tellement. Ce sont un peu comme mes premiers bébés (même si le splus grandes vont au CP cette année ahem). Attends, que je t'explique. Papounet et moi, c'est pas qu'on est lents mais on aime bien prendre notre temps. Ainsi, bien que je sois l'aînée de ma fratrie, et Papounet le numéro 2 de la sienne, on est quasi bons derniers dans la course au baby ! Ce qui fait qu'Hibou a déjà 7 cousins et cousines, voui voui voui !

Ces bébés sont tous arrivés dans nos vies ces dernières années, et j'avoue que parfois, je me dis que j'ai un gros souci dans ma tête, vu à quel point je les aime d'amour. Je veux dire, avant d'avoir Hibou, il y a des fois où je me disais : "Merde !! Je pourrais jamais aimer un enfant autant que j'aime mon nephew !" (je suis très proche de ma soeur et du coup, voir la chair de sa chair… c'est un peu comme quand on est parent, y a pas de mots… ballot hein !) et ça me faisait flipper un peu quand même. Bon, je te rassure, en fait l'amour étant exponentiel, il s'avère que ton coeur grandit au fur et à mesure des naissances, y compris celle de ton propre enfant. C'est-y pas génial ??

Ces bébés qui ne sont pas les nôtres (mais un peu quand même) on les a gardés, câlinés, dorlotés, nourris, embrassés, grondés, un peu comme s'ils avaient été à nous. Dans chacun d'entre eux, j'ai mis un peu de mon coeur, mais chut, c'est un secret entre eux et moi !

J'aime passer du temps avec eux, j'aime quand ils m'invitent dans leur monde, qu'ils me racontent l'école ou bien de quelle façon leurs yeux s'allument dans le noir pour voir les extra-terrestres et lutter contre les vampire (Hugo-slavie, si ta maman me lit…). J'aime leur faire croire que je vais leur dire des "queu-crets dans les 2 oreilles" et faire un gros "BOUH !" à la place (comment ça je vais les rendre sourds ?? Pas du tout !!). J'aime soigner leurs bobos et leur faire les gros yeux quand ils se castagnent entre frères et soeurs. J'aime devenir un cheval-de-chevalier le temps d'une joute de guilis dans la tente-dais-châpiteau Ikea (où tu perds tes 5 derniers maudits kilos de grossesse tellement tu sues dans cette putain de toile en plastoc). J'aime collectionner leurs inombrables dessins, leurs cahoux (mon Caradoc, tante Fine t'aime fort) et les voir cuisiner pour de faux encore et encore.

A tel point que quand la journée en famille se termine, ou que l'été dans la maison de Papi et Mamie touche à sa fin, je suis toujours triste. Quand chacun repart chez soi, je me sens telle une coquille vide, je suis séparée de "mes bébés". Je sais, je sais, ce ne sont plus des bébés depuis belle lurette et encore moins les miens. Et en même temps, je crois que c'est ça qu'on appelle "les siens".

Alors oui, les enfants, c'est fatigant, flippant, harassant, parfois saoulant mais c'est aussi et surtout gratifiant. Un sourire, un éclat de rire, un baiser, un mot, une caresse, un dessin, je les emporte tous avec moi, au plus profond de mon coeur, comme autant de pierres précieuses…

Tu l'auras bien compris : ah ça non, je n'aime pas les enfants ! 😉

 

Share Button

10 Comments on J’aime pas les enfants

  1. C’est clair que tu n’as pas l’air d’aimer les enfants 😉

    Nous c’est le premier enfant de la famille (proche parce que j’ai une cousine qui en a deux mais elle habite dans le sud et un cousin qui vient d’avoir le deuxième qui habite près de chez moi mais je n’ai toujours pas vu le 1er… Mon frère et la belle sœur sont plus jeunes et ne sont pas près d’en avoir 1).
    Alors moi ce sont les enfants de mes amies que j’ai côtoyé ^^ mais je n’ai jamais passé beaucoup de temps avec eux (une soirée ou 2 jours en vacances). Donc je ne savais même pas à quel point on pouvait aimer un/des enfants.
    Et puis maintenant il y a Poupette. Et elle, je l’aime tellement 🙂 et pourtant je ne me voyais vraiment pas maman à la base, comme quoi 😉

    Le côté je pleure pour vraiment pas grand chose, je compatis je suis carrément pareil (une simple chanson à la onc peut me faire verser une larme ^^)

  2. J’ai toujours dit que je détestais les enfants depuis mon adolescence. Ma mère était nounou et des gosses chiant et chouinard j’en ai vu passé ( et puis surtout tous mes jouets cassés une fois qu’ils sont repartis) Du coup le nombre de fois où j’ai dit que je n’aurais jamais d’enfants , que c’étaient horrible ces petites bêtes là et que mis à part vous gâcher la vie ça ne faisait pas grand chose….
    Aujourd’hui je suis enceinte de mon deuxième et je suis la plus heureuse des mamans 😉 Mais curieusement j’ai toujours du mal avec les enfants des autres ( mais chut c’est un secret ! )

    • Hahaha merci pour ton com’ ! A mon avis, ça va en rassurer et en décomplexer plus d’une ici ! 😉 Moi, j’essaie de ne pas avoir trop d’a priori pour éviter de faire de Hibou un parfait associal, mais j’avoue, c’est parfois difficile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.