heart-love-romance-valentine

C'est contre-nature. Je le dis, et je le redis. Je ne changerai pas d'avis. Non, ça ne "passera" pas. Non, ce n'est pas l'affaire de "quelques semaines". Et en un sens, j'ai pas envie que ça passe, tu vois.

De quoi je parle ? De la séparation mère-enfants. Du travail. Oui car comme tu le sais, j'ai retrouvé depuis peu le chemin du bureau. Alors, certes, je suis ravie de pouvoir fuir la maison de temps en temps et échapper aux cris, aux chamailleries, aux chouins-chouins, aux couches et aux nez morveux. Certes. Mais la plupart du temps, quand je ferme la porte de la maison le matin en partant, je pleure.

Je pleure là, seule, sans rien dire, sans rien montrer. Je pleure sur le palier. Je pleure dans la rue. Sur le quai de la gare. Dans le bus. Derrière mon écran d'ordinateur. Oui, je pleure. Je pleure mes enfants. Je n'ose pas tellement le dire, parce que dans notre société, faut travailler. Si tu bosses pas, t'es bonne à rien. Me dis pas non, j'ai été mère au foyer pendant 3 ans, je te rappelle. D'ailleurs, j'avoue que renouer avec un statut autre que "branleuse cassos qui vit de ses allocs en passant ses journées les doigts de pieds en éventail" est assez plaisant. DE PRIME ABORD. Parce qu'en y réfléchissant, depuis quand s'occuper de ses enfants, de ses petits, est honteux ? Depuis quand l'homme est devenu CON au point de vouloir absolument casser la transmission, l'éducation, la construction de ses propres enfants ?

Dans notre société, faut travailler. Mais faut pas se plaindre, faut surtout pas dire qu'on ne trouve pas ça normal de faire des bébés pour que ce soit quelqu'un d'autre qui s'en occupe, pendant que nous, on bossera 12h par jour pour payer cette fameuse personne qui s'en occupe. Faut surtout pas dire qu'on a mal d'être séparée de sa chair et qu'on trouve ça cruel et aberrant. Contre-nature, même. Ouais, je trouve que c'est contre-nature.

Parce qu'à bien y regarder, y a que chez nous qu'on sépare la mère de ses petits avant que ces derniers ne soient autonomes. J'entends d'ici les "bah, pas le choix !" et les "mais c'est la vie en fait, elle sort d'où, elle ?"

Ben figure-toi que j'en sais rien. Je sais pas d'où je tiens ça. Je te dirais même qu'avant d'avoir des enfants, je regardais ces Jean Foutre de mères au foyer en me disant "Les pauvres ! Quelle misère ! Jamais je ne serais comme elles !" — HA.HA.HA. Aujourd'hui, je donnerais TOUT, sans condition, sans réflechir, pour redevenir la maman que j'étais il y a 3 semaines encore.

Pourtant, mon travail est sympa, peu stressant et avec des horaires coolos. Mon patron est un homme charmant et compréhensif. Non, vraiment, je n'ai pas à me plaindre, je ne serais pas convaincue d'aller à l'encontre de ce pour quoi je suis faite que je pourrais même dire que j'ai de la chance.

Oui mais voilà. C'est contre-nature. Pas de travailler, non, mais de ne pas être avec mes enfants, de ne pas les accompagner jour après jour, heure après heure, jusqu'à ce qu'ils sachent se débrouiller seuls. Je me suis demandée si je n'étais pas folle, si je n'étais pas un monstre d'égoïsme, si je n'avais pas un souci de possessivité. Mais la vérité c'est que dans la nature, chaque mère s'occupe de ses petits jusqu'à ce que ceux-ci soient autonomes. Non, j'ai pas envie de torcher mes enfants ni de les aider à traverser jusqu'à leurs 18 ans, c'est pas l'idée.

En revanche, être là pour eux, pour les encadrer, les guider, les conseiller ou les rassurer quand ils en éprouvent le besoin, oui, ça c'est NOTRE rôle de parent. Et celui de personne d'autre, merde ! Moi je veux être cette Maman qui accompagne les sorties scolaires, qui aide pour les devoirs et qui donne le bain. Je veux être cette Maman qui SAIT quand son petit est si fatigué qu'il ne prendra qu'un biberon le soir, malgré ses 3 ans. Je veux être cette Maman qui croise le regard transporté de joie de son fils en allant le chercher à l'école. Je veux être cette Maman. C'est dans mes tripes, c'est MA place. C'est la NATURE.

C'est comme ça, et ça ne s'explique pas.

Share Button

32 comments on “Contre-nature”

  1. je suis une maman en congés maternité, j' ai une petite fille de 3 ans qui à fait sa rentrée cette année et un petit garçon de presque 3 mois, je dois reprendre le travail Lundi prochain et ça me rend dingue de laisser mes petits bouts, mon coeur saigne de ne plus être là disponible à 200% pour eux, pour apaiser leurs chagrins, les entendre rire et sentir l odeur de leur cou… Mais pas vraiment le choix lorsqu on connaît le montant est indemnités perçues pour prendre un congés parental… seule solution trouvée, reprendre à 80% et avoir une journée par semaine pour être avec eux et essayer de culpabiliser un peu moins… Je suis tellement d accord avec toi..! 

  2. Je me reconnais tellement … Je n ai pas repris le travail mais j en fait déjà des cauchemars ( j ai un boulot de mèrde ) mais tellement pas envie de laisser ni mon grand 10 ans ni mon mini 20 mois … Du coup j ai pris la décision de travailler chez moi … Tampis si je gagne moins … Mais au moins je profiterai de mes enfants … 

    Tampis pour l étiquette cas soc ( en plus j allaite encore … Mais chut faut pas me dire … C est pas bien )  

    donc oui je te comprends tellement ❤️

  3. Alors arrete ton TAF et reprends ta vie d'avant ! Si ton bonheur est d'être auprès de tes enfants ne te pose pas 36000 questions et va où tu es HEUREUSE et pas en pleure chaque matin !! Ce n'est pas une vie surtout pas !! Si vous pouvez le faire FAIT LE ! Et laisse de côté les jugements les critiques mais au moins tu aura le sourire et la joie d'accomplir ton BONHEUR ! Tu vois,  je suis en poste dans une entreprise ou les faux culs , laîche botte et autres empa…€&@(;! De mes ?€(&8(64(&!@ ! (Bref) Sont de rigueur mais j'y suis depuis plus de 3 ans donc pour mon CV c'est posîtif mais Voila je me fais chier dans mon poste … j'ai plus d'attrait mes taches sont répétitives et sans possibilité de les faire évoluer , vive la qualité et les normes … et la une petite entreprise de 14 personnes me propose un poste sans N+1 N+2 and co juste les autres et moi ! Mais je sais pas trop … sortir de ma zone de confort et sauter sur cette occasion ou végéter à mon poste et ne pas être HEUREUSE ! Bref je m'égare , mais vraiment si tu peux fais les choses qui de rende heureuse LE reste suivra et sera une évidence ! Au faite LE 30/11 tu y sera à la journée des parents connectés ? Bises ma belle et des bécots à tes zous ! 

  4. Je te rejoins, je suis convaincue également que c'est contre nature. D'ailleurs, l'éducation (en France j'entends, vu que je vis pas ailleurs) se fait autour du concept de "séparation". On sait pas pourquoi mais "faut séparer", dès la sortie de maternité si possible, sinon tu risques les enfers, ou un truc du genre, et oui, si tu coupes pas le cordon dès le départ, tu vas te retrouver avec un mioche de 18 ans qui dormira encore contre ton sein vois tu…

  5. Quand je lis ton article (et le précédent traitant aussi du sujet) j'ai envie de pleurer, et en même temps de te prendre dans mes bras pour te faire un gros câlin ! 

    Je comprends tellement ce que tu ressens! Sans entrer dans les détails, pour moi la reprise du travail a été une torture: maux de ventre violents, crises de larmes et plusieurs vertèbres déplacées avant même la reprise à force de me crisper. Alors je suis allée voir quelqu'un qu'on m'a recommandé. Sur le papier, il est ostéopathe (pratique car ma mutuelle rembourse l'ostéo), mais dans les fait, il est surtout médecin chinois.

    Il m'a donc remis le dos en place, planté moult aiguilles (pile dans ma douleur, qui se trouvait juste sur mon utérus… Bizarrement) et on a parlé ! 

    On a renouvelé les séances car j'en avait vraiment besoin, mais on a beaucoup parlé de cette culpabilité que je ressentais à laisser ma petite chérie. Il m'a dit quelque chose que j'aime répéter aux gens qui jugent notre lien un peu trop vite: en Chine, on considère qu'il ne faut pas "couper" le cordon avant les 7 ans de son enfant. Il faut apprendre à le rendre élastique, pour lui laisser gagner en autonomie et nous retrouver un peu de notre liberté, c'est tout! 

    J'ai trouvé ça beau, juste et en accord avec ce que je ressens pour elle!

    Et enfin, il m'a surtout dit de faire le calcul avec mon mari : pouvait-on vivre avec un seul salaire ? 

    C'est bassement terre à terre, mais vu que la réponse était non (crédit immobilier de foufou), j'ai choisi le toit sur sa tête à mes préoccupations. 

    J'ai aussi mis de côté d'autres grand principes: les repas tout maison tout bio, la baraque immaculée pour pouvoir profiter d'elle et "rattraper" mon retard le soir et les mercredis.

    Et pour mon plus grand bonheur elle a eu la gentillesse de toujours m'attendre pour les premières fois! 

    Voilà , je ne sais pas si ça t'aide, ce que je te raconte. On est certainement des personnes différentes donc des mamans différentes. Mais si jamais ça peut te donner des pistes, je serais heureuse de t'avoir aidée ! 

    Tes posts me remontent souvent le moral et me font un bien fou, alors si je peux te renvoyer la politesse, j'en serais ravie!

    Courage et bonne chance.

    • Hahaha mais je te rassure, même quand j’étais à la maison, j’avais abandonné la bouffe faite maison tout bio et les vitres tellement propres que t’as l’impression que y en a pas ! Pour ce qui est d’accompagner ses enfants, 6 ans, 7 ans, ce sont des âges qui reviennent souvent dans d’autres cultures où l’enfant est considéré en tant qu’être à part entière. Un jour j’avais été émue aux larmes en regardant un reportage sur des Indiens d’Amérique, vivant au Canada. Le Papa de 3 filles disait que son job était d’observer, de montrer, de guider, sans jamais penser ou agir à la place de ses filles. Ses 3 filles étaient…Elles étaient sales, couraient partout, mangeaient assises sur la table et vivaient pieds nus. C’était juste fabuleux. Ce Papa avait tellement raison…

  6. Je te comprends tellement… Je redoute le jour où il faudra que je retravaille hors de la maison… Car un jour ça viendra … 

    Moi je pleure meme de laisser mon grand à l'école (et il n'y va que le matin)… Car meme s'il m'épuise … Et bien j'aime quand on est ensemble, sans contrainte horaire… Juste nous en toute simplicité … Alors je te laisse imaginer qd je vais devoir bosser…

     

    je t'envoie plein de chaudoudoux car ce n'est pas simple d'aller à contre sens de soi ❤️❤️❤️❤️

  7. Même si je comprends ce que tu veux dire, je trouve ça un peu dérangeant d'en faire un principe de nature, parceque du coup, les mères qui "vivent bien" cette séparation là, c'est elles qui sont contre natures? Elles sont tellement socialisées qu'elles en ont oubliées leur nature? Je ne pense pas. C'est vrai, comme le dit très bien Cendra plus haut que l'on socialise beaucoup cette séparation en France. Mais il y a une vérité profonde à chaque personne par rapport à cette tendance, qui à mon sens ne fait pas partie de la nature mais bien du caractère individuel.

    J'espère en tout cas que tu trouvera ton equilibre, que ça soit en continuant ton travail ou en retrouvant tes enfants à plein temps.

    • Tu as raison, la notion d’équilibre est primordiale.

      Tout mon texte n’est pas non plus à prendre personnellement et au premier degré. Je pense que tu auras compris que j’étais très énervée et émue en l’écrivant. Je ne montre pas du tout du doigt les parents qui ont besoin de travailler (autre que le besoin financier), ce n’est pas du tout mon propos. Quand je dis contre-nature, en revanche, je le pense vraiment, au même titre que j’aurais pu dire que ne pas allaiter est contre-nature. Dans la nature les mammifères donnent leur lait à leurs petits. Ce n’est pas une condamnation, juste un constat. Je respecte totalement les parents qui font des choix différents. Comme tu le dis, le caractère entre en jeu. Par contre quand je lis “tendance”, je saute au plafond car ce n’est pas une tendance pour moi, mais bel et bien quelque chose d’animal et de profondément ancré en moi.

      • Et moi je saute au plafond quand je lit contre nature, car quand on dit beaucoup trop à mes amies lesbienne qu'àvoir un enfant dans leur couple est contre nature. C'est aussi animal en moi, j'ai envie de preserver leur bébé de tant de jugement -car oui elever la nature en idéal c'est du coup juger et condamner tout ce qui n'est "pas naturel". Désolée je dérive par rapport à ton texte, mais c'est un sujet qui me porte à coeur, et on est dans le meme d'ordre d'idée de cette nature toute puissante qui me les brise. Nous ne sommes plus que des mamifères.

        • Je comprends votre point de vue, mais rassurez-vous : l'homosexualité est naturelle. Déjà, elle est pratiquée par l'humanité depuis l'Antiquité. Face à un argument d'autorité et de "la société est comme ça", vous pourrez retorquez cette argument là.

          Et ensuite, on a pu observer des comportements homosexuels chez de nombreuses espèces animales. Non, l'homme n'est pas le seul mammifère à pratiquer le sexe par plaisir, ni entre congénères du même sexe. Les orang-outans par exemple, le pratique en-dehors de la période de reproduction. Je ne sais plus quelle est cette espèce de singe, mais il y en a une où les femelles se masturbent mutuellement pour resserer les liens, apaiser les tensions, être plus solidaires et se donner du plaisir.

          Voilà, si ça peut vous aider à ouvrir un peu les horizons, mais aussi à avoir des arguments à présenter aux détracteurs de l'homosexualité j'en serais ravie.

          Et dernièrement, quand elle disait "contre-nature", elle parlait d'un sentiment très fort pour elle, et vous d'un terme dévoyé utilisé par la société pour justifier tout et n'importe quoi. En gros, vous ne parliez pas de la même chose.

          Bien à vous 🙂

  8. Ma maman nous a élevées mes soeurs et moi et j'ai pris le parti de le faire pour mon fils aussi il a 18 mois aujourd'hui et on ne fait que me dire que si l'adaptation à la crèche se passe plus Ou moins bien c'est parce qu'il était trop en fusion avec moi …. la on attend l'arrivée de Sa soeur pour janvier et J'ai décidé de recommencer à travailler Vers ses 6 mois parce que financièrement ça va être trop compliqué et que j'ai un peu besoin de voir du monde mais un 50% aurait été un bon compromis mais ça ne passe pas financièrement alors comme je te comprends moi aussi j'aime élever mes enfants être là dans tous leurs moments Mais la société nous le permet pas vraiment ….

    • Tout est dit ! La pression sociale de faire de nos enfants des assistés, des glues… Mon fils est resté 3 ans avec moi et il n’est pas du tout accroché à mes basques en permanence ! Son frère en revanche est entré à la crèche à 5 mois et LUI ne supporte pas que je m’éloigne d’un mètre quand nous passons une journée ensemble… Comme quoi ! Et oui, je plussoie, on devrait toutes pouvoir bosser à 50%, c’est juste révoltant que ce ne soit pas possible !

  9. Vos mots sont très justes, la séparation est déchirante et ne devrait pas se faire si tôt. Personnellement, ayant pris 6 mois de congés maternités, beaucoup me regardaient d'un air apitoyé en me demandant si je ne m'ennuyais pas trop et si j'avais des choses à raconter à mon mari le soir. Après, je suis contente d'avoir repris, mais certains jours les larmes coulent effectivement…

  10. Travailler ou non… Un peu, beaucoup ? Par choix, par envie, par obligation ? Laisse tomber moi je ne me suis tjs pas décidée sur le sujet ! J'en parlais dans mon dernier article si ça t'intéresse… J'ai monté ma boîte pour essayer de compiler "au mieux" mon envie d'être maman au foyer mais aussi de m'épanouir professionnellement mais bon c'est pas tous les jours l'idéal non plus ! Suis ton coeur, vouloir (et pouvoir !) être auprès de ses enfants reste une chance qu'on ne peut pas regretter un jour. Les voir grandir et les accompagner est peut-être critiquable par certains… mais je reste persuadée que certains se voilent la face par éducation / coutume / pression de la société ! Au pire, si on peut financièrement on n'a qu'à faire ce qu'on veut non ?! 😉

  11. Je pense tout comme toi d'où mon congé parental. la vie est tellement courte que je veux être là pour eux tant que je pourrais. les câlins c''est maintenant qu''on les fait … mais malheureusement financièrement on n'a pas toujours le choix …

    • Voilà. Là, concrètement, on l’a pas eu, le choix. Et franchement, c’est ce qui me fait le plus souffrir. Ce devrait être un droit, un choix, une possibilité. Je suis révoltée que ce ne soit pas le cas. Je reçoi des messages et des commentaires de toutes parts qui me montrent que je suis loin d’être la seule à souffrir de cette situation alors que fait la police, bon Dieu !!?!

  12. Je ressent la même chose … LE pire c'est quand on me disait après 13 mois avec la fille , reprendre un boulot va te faire du bien … plus etre avec ce qui représente toute ma vie ma Me faire DU BIEN ? Je suis devenue folle en entendant ça … je savais que ca me ferai DU Mal bcp mais DU bien j'étais sûre que non , et j'avais raison … et quand je le dis encore on me regarde en levant les yeux aux ciel! Notamment ma B.M … qui m'a encore dit l'autre jour c'est bien hein de la retrouver à la débauche … moi " oui mais ne pas la quitter ce serait encore mieux ! " #NANMÉHO 

    • Hahaha ! Le paradoxe, c’est que bosser me fait du bien. Mais pas comme le systême l’impose. Chaque mère (ou père d’ailleurs) devrait avoir des horaires aménagés si elle (il) le souhaite pour pouvoir CONCILIER la vie de famille avec le travail. Mais on va me dire que je rêve, encore…

    • Y en a pour qui ça passe… Et d’autres qui comme moi ou toi, ressentiront toujours ce déchirement vicéral. Demain ou dans 1 an, j’aurais toujours la larme à l’oeil en refermant la porte sur mes enfants. C’est comme ça, c’est moi.

  13. Éternelle question de l'équilibre vie familiale et vie professionnelle . C'est vrai qu'en France j'ai l'impression que il faut assurer sur tous les plans être une mère parfaite de plusieurs enfants si possible et mener de front une carrière épanouissante tout en restant dispo et sexy pour son compagnon et ayant une vie sociale riche. Cliché peut être mais il y a un peu de ça! Je viens de rentrer du Royaume uni et là bas La maman prend un congé d'1 an après la naissance de son enfant. C'est banal et personne ne trouve à y redire. Elle pourra facilement rencontrer d'autres mamans pendant cette période car il existe des tas d'activités pour les mamans avec leurs bébés. Il n'est pas rare qu'elle arrête de bosser surtout si elle a plusieurs enfants, les moyens de garde étant très chers. Je ne dis pas que c'est l'idéal et à prôner la femme au foyer mais bon la pression sur les femmes de ce côté là au Royaume uni est moins forte. J'ai eu mes deux enfants la bas, ils sont tous les deux en bas âge et très rapprochés ( 15 mois d'écart ), autant dire que c'est sportif. Nous sommes rentrés en France il y a 2 mois et tous les amis me posent la question " et toi qu'est ce que tu fais ? " en gros tu comptes travailler ou pas ce qui est assez significatif ! Et je dois me justifier quelque part, expliquer ma situation… après La solution je ne l'ai pas. J'ai envie de dire " on fait comme on veut et surtout comme on peut". J'ai apprécié de vivre les 1ers mois de mes enfants pleinement et j'aime être près d'eux  tant qu'ils sont si petits. Après pour moi il est important de profiter des moments où ils sont à la crèche pour faire ma formation à domicile et penser aussi un peu à moi et mon avenir. L'important c'est d'être en accord avec soi même tant que possible… 

    • Je suis entièrement d’accord ! Parfois il y a même des jours où je me dis que les mamans devraient TOUTES travailler pour arriver à un point d’équilibre entre la vie de maman justement, et la vie de femme. Le souci c’est que dans notre société, c’est tout ou rien. Où tu bosses 12h par jour, ou tu restes chez toi. Y a pas beaucoup de mi-temps ou alors avec des horaires nazes genre travail les week-ends, ouais super Michel, et qui garde les gosses hein ? Bref, je trouve tout tellement mal foutu !

  14. Je ne t'annonce rien en te disant que je pense tout comme toi <3 

    Tu m'as fait pleurer… Cet après-midi, j'ai appelé mon patron pour ma reprise en février, puis je t'ai lu…

    Courage, ma belle <3 

    • Oh ben non ! Enfinn pour le nombre de fois où j’ai pleuré en te lisant, hein ! Je tiens ma revanche ! 😉 Allez, on va s’en sortir, il n’y a pas le choix, et eux s’adaptent bien mieux que nous, faisons leur confiance ! <3

  15. Je te comprends tellement. Ce dilemme qu'on nous met sous le nez est terrible. Soit tu vas travailler, mais t'es une mauvaise maman. Soit tu bosse pas, mais t'es une glandeuse et même pas sûre que tes enfants soient si épanouis que ça.

    Nous avons fait le choix que je reste à la maison pour l'arrivée de notre deuxième fille. Je n'en pouvais plus de mon boulot et nos postes ne nous auraient fait que courir, dès 5h le matin. Enfants compris. Le soir, n'en parlons pas. C'est un choix réfléchit. Au vue de nos horaires, et des sommes que nous aurions laissé à la nounou / cantine / garderie (pas de mention inutile), on y "gagne" à avoir fait ce choix. Mais avant tout, ce n'est pas un choix financier mais un choix de qualité de vie, pour tous les 4. Et je ne me suis jamais sentie aussi bien, aussi à ma place. Comme c'est la place de certaines maman d'avoir un travail et je suis convaincue qu'on peut se sentir aussi bien et épanouie ainsi.

    Je comprends cependant ton point de vue, et je ne veux pas te culpabiliser LOIN, très loin de moi cette idée. Je pars du principe que chacun est différent. Et je te comprends, puisque j'ai laissé ma grande chez la nounou. Je me revois un jour chez le médecin, alors qu'elle était malade, j'ai été incapable de lui répondre quand elle m'a demandé comment elle avait dormi la journée. La nounou savait répondre. Ca m'a déchiré le coeur.

    Malheureusement, nous n'avons parfois pas le choix, et je le comprends aussi. Ca me rend triste pour toutes ces mamans. Comme je suis triste pour ces mamans qui voudraient travailler mais ne peuvent pas.

    Ma petite a à peine 8 mois qu'on me demande déjà ce que je vais faire après. Qu'on nous laisse vivre comme on l'entend. Avec ou sans enfant, avec ou sans travail.

    Je te souhaite du courage, je t'envoies beaucoup d'ondes positives, et malgré tout, que ça s'arrange, si c'est possible.

  16. Merci, merci merci. car je vais reprendre le travaille en avril 2017, que ma Jana aura 2ans et mon grand 6ans, que j'appréhende comme Jamais ce retour, j'ai peur, je pleure déjà,  et que personne ne comprends car j'ai dzja assez profiter me dit on, que c'est dzja bien, qu'il est temps pour moi mais aussi pour elle de me séparer, que je retour dans le commerce à travailler 35h, jusqu'à 19h et le samedi, jour férié et certains dimanche, j'ai peur, si peur de ne pas y arriver, je fais un travail sur moi; je veux que tout se passe bien, elle aura une nounou super, celle de mon grand, mais bordel que ses sorties d'écoles vont me manquer , que ses heures à juste les regarder évoluer vont me manquer….Oui il va falloir y retourner…

    Merci vraiment pour ces mots 

  17. J'ai la chance de ne pas travailler (enfin une chance oui et non) c'est plutot pour le moment une obligation (mon grand de 10 ans est malade du coup je doit être dispo pour l'école chaque jours dès qu'il y a un soucis il m'appel pour dire très souvent et surtout les jours de sortie scolaire il faut être là avec eux) du coup je profite de mon petit dernier presque 1 an et comme c'est le dernier je veux en profiter à fond !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *