IMG_20150718_204204

Ce matin, je fais ma tournée des réseaux sociaux comme tous les matins et je tombe sur ce partage de ma copinaute Julie (souviens-toi, je t'en parlais déjà ici) et là… chiale du matin, bonjour !! J'ai fondu en larmes en lisant la 2e version… 

J'avoue que quand j'ai annoncé ma grossesse, tout le monde m'a parlé jalousie, envie, régression… Mais je n'ai jamais vu rien de tel chez Hibou. Juste parfois ce besoin d'être rassuré, de savoir que j'étais toujours sa maman et que j'étais toujours là pour lui. D'ailleurs, je ne crois pas qu'on puisse parler de régression avec un grand bébé de 18 mois : c'est grand, mais aussi encore tout petit !!

Certes, Hibou a parfois été filou avec moi en réclamant des câlins ou les bras pendant une tétée (parfois avec moult pleurs) mais il n'a jamais été qu'affection, bisous et câlins envers son frère. J'essaie de lui expliquer tous les jours que ce moment est réservé à son frère, que lui aussi a ses moments avec moi rien qu'à lui. Hibou comprend très bien les mots "tout à l'heure" et "après". Pour l'aider à patienter, il a le droit de jouer avec des gommettes uniquement lors de ces instants s'il le désire (je les sors juste avant et les range juste après la tétée). Il a aussi eu droit à quelques babioles lors de mon séjour à la maternité et quand nous sommes rentrés à la maison (un jour, je ferai mon article sur la boîte à grand frère, si si, j’vous jure !)

Il est prévu qu'ils partagent la même chambre, mais en temps et en heure. C'est-à-dire quand Bouchette ne se réveillera plus la nuit. Car des 2, soyons honnêtes, celui qui réveille l'autre, c'est bien lui ! 😀 Mais aussi et surtout, quand Hibou sera prêt.

 J'essaie de le faire participer au maximum  au quotidien, mais ne nous leurrons pas, à 18 mois, il ne peut pas non plus m'assister dans chaque tâche et surtout j'estime que cela doit rester un plaisir pour lui et non une corvée en mode "il faut aider Maman absoooolument". Alors quand il ne peut ou ne veut pas m'aider, je l'invite à regarder quand même, à parler à son frère s'il en a envie (pendant le bain par exemple). 

J'évite aussi de lui demander d'être plus ou moins autonome, parce que j'estime qu'il a bien le droit d'avancer à son rythme. Il a besoin de moi pour prendre son bib, OK, je dégage du temps pour lui donner. Je ne lui refuse jamais un câlin, les bras, ou un jeu car  que son frère soit là ou pas, c'est ce que je ferais. Évidemment, quand je dis jamais, c'est sous réserve que Bouchette n'ait pas lui, de son côté, un besoin inassouvi. Auquel cas, je m'occupe d'abord de lui vu son âge, il est forcément plus dans l'urgence, alors qu'Hibiu est à l'âge où il peut apprendre à patienter. J'ai mis du temps à trouver cet équilibre, ce rythme. A réussir à dire "non, pas maintenant" à Hibou. Cela a été et est encore dur pour la grande consensuelle que je suis (remember ?) (je reparlerai bientôt de cette utopie de vouloir ménager la chèvre et le chou), mais petit à petit, je trouve mes marques. On trouve nos marques. Hibou apprend la frustration, à gérer toutes ces émotions qu'il vit et ressent de plein fouet.

Pour autant, je n'exclus pas la possibilité qu'il ressente de l'envie ou de la jalousie. Ce sont des sentiments humains, que nous ressentons tous, alors à quoi bon vouloir les nier ? Et si cela arrive, j'essaierais juste d'aider Hibou à l'exprimer sans violence ni agressivité. Etre jaloux, oui, violent, non. Ça ne fra pas de lui une mauvaise personne que d'envier son frère, en effet quoi de plus naturel à son âge ? Mais pour l'instant, j'ai beau scruter, aucjn signe de jalousie à l'horizon.

L'autre jour, je les ai même surpris tous les deux en pleine conversation. Mes bébés. Hibou debout devant Bouchette dans son cosy, le premier papotant comme pas deux et le second tout sourire, fasciné par son grand frère. Mon coeur a explosé et je suis restée là dans l'encadrement de la porte, à pleurer en silence, touchée par la naissance de ce lien si fort. Pour moi la jalousie était si inévitable que je suis surprise par tant d'amour, de douceur et de complicité. 

Ceci dit, je n'ai que 18 mois d'écart avec ma petite soeur, et je n'ai jamais ressenti une once de jalousie à son égard. Au contraire, c'est mon 2e coeur, mon pilier, ma force.Ce n'est pas pour rien que j'ai voulu 2 enfants aussi rapprochés. Pour moi, avoir un frère ou une soeur est une chance, un bonheur que nous offre la vie. Je nourrissais le secret espoir que mes enfants forment une fratrie unie et soudée. Pour l'instant mes souhaits sont plus qu'exaucés.

Alors oui c'est dur et avoir 2 enfants de moins de 2 ans avec des besoins bien différents chez soi est parfois très sportif mais je ne reviendrais en arrière pour rien au monde. Et entre nous, le plus sportif fut la grossesse avec un petit d'homme marchant à peine et ne parlant pas, alors maintenant tout va bien ! (Et si tu es enceinte du 2e ou que tu en as envie, mais que tu appréhendes et que tu lis cet article, sache que tout va bien se passer et que comme le dit si bien le blog "Cool parents make happy kids" et comme j'aime à le répéter 100 fois par jour : un enfant heureux est un enfant dont les parents sont heureux, alors fais comme tu sens !)

Share Button

23 comments on “Devenir grand frère”

  1. Oh la vache ! Je viens de finir de lire ton article et heu… j’ai une Tite larme qui coule ! Moi j’ai deux grand frères et malheureusement trop d’écart entre nous (16 et 9 ans) et donc aucuns liens de fraternité entre nous, voir de la jalousie vis a vis de moi ! Bref ca c’est une longue histoire ! Mais voila avec mon homme nous avons déjà notre fils de 4 ans et la négociation pour bébé 2 a été compliquer, car notre fils étais très dur et capricieux de ces 1 ans a 3 3/4 ans ! Donc avoir un deuxième aussi comme ca, non ! Mais maintenant depuis mai 2015, nous avons trouvés notre équilibre et pourquoi pas bébé 2 ! Car c’est maintenant ou jamais !! Car 5 ans c’est déjà pas mal d’écart entre deux !
    Moi aussi je voudrais que notre fils découvre (je suppose) ce bonheur d’avoir soi un frère ou une sœur a qui on peut se confier, se chamailler et surtout ne pas se retrouver seul plus tard … Bref alors nous voila dans l’aventure de bébé 2 mais qui commence pas top car je viens de faire une FC, mais ca va je le vis bien.
    Désolée de finir par une notre négative dans mon petit message …
    Pleins de belles choses a venir pour tes doudous et peut être bébé 3 !

    PS: J’ai rêvé de toi la nuit dernière, je me posais la question de vos prénoms ‘Hibou, bouchette et de toi ) parfois des rêves étranges …
    Bises !

    • Ooooh, je suis désolée pour toi… Je te souhaite de vite pouvoir agrandir votre famille comme vous en avez envie ! Je comprends le fait de préférer attendre, moi c’était l’inverse ! Et bien m’en a pris car vu comme s’annonce la phase Terrible Two de Hibou, si aujourd’hui on me disait “un petit 2e”, j’irais vite chercher ma corde pour me pendre ! 😀

      PS : Hibou s’appelle Oscar et Bouchette s’appelle Gustave 🙂

  2. je suis allée voir l’article de ton amie… super bien fait. Comme j’écrivais, je suis rassurée car il y certaines choses que j’ai faites étant enceinte, que je fais… d’autres que j’aurais du faire étant enceinte et d’autres que je vais appliquer dès demain…

    Parfois, je fais un gros calin aux 2 quand ils pleurent tous les 2 et que mon “grand” n’arrivera pas à patienter (quand il se réveille de sa sieste par exemple); mais maintenant que la “petite” est plus grande, je la laisse parfois pleurer un petit peu pour laisser mes 2 bras au grand.

    ici aussi ils sont inséparables, il adore jouer avec elle dans le parc, mais je suis obligée de lui expliquer 15 000 fois par jour, qu’il ne doit pas faire des roulades sur elle car cela lui fait mal.
    C’est encore un petit bébé qui a besoin de ses parents, qui n’a pas demandé à avoir une petite soeur si tôt. Mais il est content qu’elle soit là.
    Au début, les tétées, il avait du mal, il ne voulait pas qu’elle boive, et lui voulait de nouveau. C’est avec douceur qu’il a compris quand je lui ai expliqué que lui, avait le droit à du chocolat dans son biberon de lait, qu’il pouvait manger des pâtes (;-) ) et pas elle, et qu’au lieu de téter, je lui proposai de faire un gros câlin tout serré collé tout contre moi, et qu’il pouvait mettre ses bras autour de mon cou, alors que sa petite soeur, elle, elle ne sait pas le faire encore… et avec cela ça a été mieux.
    On a lu beaucoup de livres sur l’arrivée d’une petite soeur, et je pense que ça a aidé.
    J’ai prévu le changement de lit à barreaux vers le grand lit quelques mois avant la naissance pour pas qu’il soit frustré qu’on lui “prenne son lit”.
    de petites choses, qui mises bout à bout nous ont aidé à ce qu’il l’accueille sereinement.

    nb : fais gaffe avec l’aide des changements de couches… maintenant qu’il sait le faire car il m’aide au quotidien, il lui enlève la couche et dit “caca” (il fait chaud, ils sont en couches…), je suis à 2 doigts qu’elle pisse ou + sur le parc à chaque fois!

  3. Je te rassure, là tout va bien, tu vas voir dans 18 mois :p

    Mes monstrouillettes ont aussi 18 mois d’écart (21 et 39 mois actuellement), tout se passe super bien : très complice pour faire des bêtises 😉

    Comme toi, j’ai attendu que la deuxième fasse ses nuits pour les mettre dans la même chambre (mais j’ai eu de la chance, elle a fait ses nuits à 1 mois et demi !) ^^

    Y’a bien sûr certaines rivalités (quand l’une a un jouet l’autre le veut et vice-versa), mais je suis comme toi, fondue d’amour quand elles se font des gros bisous ou câlins <3

    • Mouhahaha je suis préparée psychologiquement ! De toutes façons, entre un Hibou qui fait des bêtises tout seul ou bien un Hibou et son frèreq qui fontd es bêtises à deux, y aura toujours des bêtises dans l’histoire hein ! Du moment qu’ls sont complices et s’apprécient, alors je serai heureuse et comblée !

  4. Mes ainés ont 13 mois d’écart… C’est difficile la première année, mais après tout me semble plus simple : l’autonomie, les activités, les amis… A 5 et 6 ans, ils sont totalement en phase, et même s’ils se disputent forcément, ils s’adorent et sont très complices ! Moi non plus je n’imaginerais pas les choses autrement maintenant, mais à chaque famille de se trouver et de trouver son bonheur !

  5. Très bel article. Je te rejoins sur pleins de points. Mes fils ont 2 ans d’écart et le deuxième a seulement 3 semaines. C’est chaud chaud. Surtout quand les 2 sont en demande. Mais je les aime tellement. Pas de régression de l’aîné pour l’instant. Depuis 2 jours, il sait dire le mot “câlin” et ouvre grand les bras pour me demander des moments rien qu’à lui. Je fonds 🙂
    Bonne continuation.

    • Je te souhaite plein de bonheur dans cette nouvelle vie de multipare ! Ici, Hibou est devenu un moulin à paroles depuis l’arrivée de son frère. Et hier, il a été le voir car il pleurait et s’est planté devant lui en disant “Kyia bèbè ? Ratour ??” Traduction : “Qu’est-ce qu’il y a bébé, tu veux ta couverture ?” et il lui a remis sa petite couvrante. Bon ben j’ai pleuré évidemment (je pleure rien que de te le raconter d’ailleurs) !

  6. Cet article m’a beaucoup parlé aussi et j’ai bien l’intention de faire en sorte que Melle Potiron “offre” un cadeau à Petit Pois et faire aussi que Petit Pois participe comme il le peut à son arrivée. Ce n’est pas évident de savoir comment ils vont réagir mais je garde aussi la phrase que m’avait dit la sage-femme à la naissance de Petit Pois “les parents zen font des enfants zen”. C’est un peu ce que tu dis, mais j’y crois chaque jour (même si je suis un peu moins zen pour Melle Potiron parce que purée qu’est-ce que je suis fatiguée !!!)

    • Raaaah là là, oui en effet, plus on est zen plus les enfants le sont mais… Moins eux le sont, plus nous on devient fous… (Tordues mes phrases là !) Tout est donc de garder son calme et de sourire même dans les difficultés ! Je peux en parler, après avoir pleuré de fatigue une bonne partie de la nuit et ce matin, après m’être levée crevéet et d’une humeur massacrante, j’ai décidé de ne pas me laisser abattre. Habillée, coiffée, maquillée, gym faite, sourire aux lèvres. Bon, je me suis quand même fâchée 2-3 fois mais je pense avoir limité la casse…

  7. Je ne suis pas maman
    Je prends souvent exemple sur ma soeur et moi
    Nous avons 8 ans d’écart, mais même si on se chamallait plus jeune on est aujourd’hui inséparables, c’est ma plus grande confidente
    Alors ils vont s’aimer fort fort tes ptits bouts 😉

  8. C’est super ! J’aimerai bien voir l’article sur la box de grand-frère, j’en ai jamais entendu parlé, beaucoup de box à papa mais des frères et sœurs jamais et c’est super sympas comme idée !=)

    Bises,
    Charlotte

  9. Un sacré changement, l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur. Chez nous, à chaque fois, la “grande” a été très câline avec le nouveau bébé mais c’est avec nous qu’elle était un peu plus dure… Quelques mois, l’équilibre revient peu à peu !

  10. Mon Dieu … je viens de lire ton article et je réalise que le temps passe si viiiiite !!

    Tout comme toi, il y a 3 ans ma fille naissait alors que mon fils de 18mois ne marchait et ne parlait même pas.
    Tout comme toi, j’ai culpabilisé par moment de ne pas pouvoir me dédoubler.
    Tout comme toi, j’ai redouté la jalousie (qui n’est jamais venue d’ailleurs).
    Tout comme toi, je suis devenue bipolaire à détester ma vie autant que je pouvais l’aimer.
    Tout comme toi, j’ai pleuré de fatigue, de rage ou même d’énervement un bon paquet de fois le jour comme la nuit.
    Tout comme toi, j’ai eu le teint blafard et les cernes imprimées pendant de trèèèès longs mois.

    Mais aussi et surtout, tout comme toi, j’ai assumé à 10000% ce choix d’avoir deux enfants à 18 mois d’écart. Ils ont aujourd’hui 3ans et 4 ans 1/2, ils se comprennent sans se parler, ils sont d’un soutien indéfectible, ils sont si différents mais complètement aimantés et je meurs d’amour à chaque seconde où je les vois s’aimer si fort.

    Bon courage à toi pour ces prochaines semaines, prochains mois, prochaines années et bon shoot de LOVE !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *