Oscar, mon Oscar, mon tout-petit, mon si fragile Oscar,

Tu viens de t'endormir dans mes bras. Dans la pénombre, je devine tes paupières diaphanes enfin closes, tes beaux cils longs et blonds, ton nez mutin, tes lèvres charnues, ton menton volontaire. Je sens ton petit corps tout chaud qui s'abandonne. Je suis ta Maman. Je serai toujours ta Maman.

Cette pensée me traverse, me transperce de part en part. Je suis ta Maman. Et même quand tu n'auras plus besoin de moi pour t'endormir, quand tu n'auras plus besoin de moi pour manger, pour être propre, pour t'habiller ou pour marcher, je serai toujours ta Maman.

Cette pensée me ravit, elle me fait verser une petite larme, là, dans le noir de ta chambre, juste au-dessus de tes cheveux si doux et si soyeux. Elle me fait verser une petite larme, là, au moment où j'essaie de me concentrer pour savoir comment retranscrire mes émotions avec des mots. Quelle chance, quel bonheur de pouvoir te connaître, te côtoyer, te voir grandir jour après jour. Quel déchirement aussi, de savoir qu'un jour tu n'auras plus besoin de moi alors que moi, oui moi, j'aurai toujours besoin de toi. Pas pour m'habiller, pas pour me coucher ou me laver, non (enfin j'espère pas), mais pour me sentir vivante.

Souvent, je t'appelle "mon coeur". Surnom que je trouve bien ridicule en temps normal. Mais pour toi, mon tout-petit, mon bébé, mon fils, je n'ai pas d'autre mot. Tu es mon coeur. Mon VRAI coeur. Je te dis souvent que quand tu es venu, j'ai mis une partie de mon coeur à l'intérieur de toi. Depuis que tu es là, j'ai deux coeurs. Un, le mien, qui me sert à vivre, à respirer, à aimer Papa, à faire tout un tas de choses de Maman. Et l'autre, le petit bout que j'ai mis en toi -et qui grossit, grossit, grossit-, qui me sert à t'aimer, toi. Ce petit bout bat si fort que des fois, j'en deviens sourde et j'ai du mal à respirer. Ce petit bout, il battra longtemps, bien longtemps après que je sois redevenue poussière.

J'avais envie de te le dire, là, aujourd'hui, parce que pour la première fois depuis ta naissance, j'ai compris.
Je suis ta Maman et je serai toujours ta Maman. Et je t'aime.

 

 

Share Button

27 Comments on Je serai toujours ta Maman.

  1. Tu l’exprime si bien 🙂
    Moi j’ai de grosses révélations comme ça quand je donne le biberon à Poupette et qu’elle est là, blottit dans mes bras. Je la regarde boire son biberon, je sens ses cheveux et la chaleur (le poids) de son corps et je me dis que je l’aime plus que tout, que je suis sa maman et ça me met les larmes aux yeux à chaque fois 🙂

    • Ah ben ça me rassure !! Je ne suis pas seule !! 😀 Moi, c’était la première fois que “Je suis ta maman” est sorti comme ça, sans que j’y pense. Avant, quand je disais “mon fils” ou “je suis maman”, ça me faisait vraiment bizarre… Là, c’est bon, on y est ! LOL

  2. Quelle belle déclaration! Moi j’ai besoin de l’embrasser quand je la porte, la sentir. Depuis quelques temps je regrette les moments où je l’allaitais, en fusion, seules au monde. J’adore ses biberons quand je me noie dans ses yeux. Et le soir, je reste un peu plus longtemps pour profiter de son corps abandonné contre le mien, me ressourcer en l’entendant respirer doucement.
    Merci de nous faire partager ces moments.

    • Tout pareil ! L’allaitement où on a les mains libres pour les couvrir de caresses… Le soir, moi aussi je reste un peu, je voudrais dormir là, avec lui dans mes bras tant c’est bon. Il n’y a rien de comparable, vraiment.

  3. Merci Maman Hibou pour ce magnifique article! J’en ai eu la larme à l’œil, il reflète tellement tout ce que je pense aussi en tant que jeune maman! Des fois je me demande comment exprimer à ma fille de 17 mois, mon Amour, ma Vie, ma Chair, ce qu’elle représente pour moi, des mots ne seraient pas assez forts pour l’exprimer… Mais là tu viens de le faire et cela me bouleverse!!!

  4. Ce n’est pas très gentil de me faire pleurer…
    C’est une magnifique déclaration, il n’est pas tjrs évident de mettre des mots sur nos sentiments surtout quand ils sont aussi fort que l’amour d’une mère à son enfant…
    Merci de partager ça avec nous, merci de trouver les mots qui trouvent un écho en moi et me donne envie d’aller serrer mon fils très fort contre moi et de lui dire moi aussi “je suis TA maman et je t’aimerai toute ma vie et même après”!

    • Héhéhé, chacune son tour ! Bon, c’est pas que je suis ravie de vous arracher des larmes hein, mais si je me dis que j’arrive à vous émotionner, vous le smamans lectrices, alors j’ai atteint mon but 🙂 Contente moi ! Et tu as raison, c’est juste super dur de trouver les mots pour traduire ce sentiment viscéral, sourd, bouillonnant… Je n’oublierai jamais en tout cas ce moment où j’ai pensé pour la première fois “je suis TA maman” et où cela résumait parfaitement tout ce que je ressentais.

  5. Beau et bien vrai… Avec mon loulou je crois que quand il a été à l’hôpital je me suis dit qu’on pouvait mourir d’angoisse pour quelqu’un… Et j’ai pris conscience de l’ampleur de l’amour que je lui porte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.