Avant, tu sais peut-être pas, mais je voulais être éleveuse d’escargots. Ouais, on a les rêves qu’on peut hein. Et aujourd’hui, je crois que j’ai compris.

Pourquoi ces petites bêtes me fascinent. Pourquoi je n’ai jamais compris qu’elles puissent dégoûter qui que ce soit. Pourquoi je voulais passer ma vie à les observer, à prendre soin d’elles, à les choyer (oui je ne savais pas qu’on les élevait pour les tuer et les manger, c’est mon Pépé qui me l’a dit. Je l’ai pas cru, ma Maman a confirmé, drame). Pourquoi ça me rend profondément triste d’en écraser un par mégarde.

C’est parce qu’en fait, j’en suis un, d’escargot.  Et là tu te dis, mais elle a fumé quoi, la petite dame ?! Ben rien…

Mais c’est marrant, on m’a toujours dit que j’étais lente. Comme si c’était chiant, comme si c’était une tare. Mais et si, finalement, c’était une qualité ? Oui, je suis lente. Et alors ?! J’aime être lente, je crois. Premier point commun.

J’ai une coquille aussi. Tu la vois pas, alors peut-être ne sais-tu pas qu’elle existe, mais moi je te le dis. Quand j’ai peur ou quand j’ai mal, pfioutttt je pars me cacher, en attendant que ça passe. Deuxième point commun.

Et surtout, j’avance tout doucement, prudemment, comme si le ciel allait me tomber sur la tête à chacun de mes pas.

D’où ça me vient ? De tout un tas d’évènements, petits et grands. J’ai pas tout démêlé.

Un jour, j’ai eu mon troisième fils, et quand il est sorti de mes entrailles, il a ouvert une brèche, une immense porte par laquelle est entrée la lumière. Il a craqué ma coquille.

Et, attirée par la lumière, j’ai commencé à me dérouler. Millimètre après millimètre, j’ai déployé mes antennes pour commencer à découvrir et apprécier la vie. Comme un escargot. J’ai peur, mais j’y vais. Je tâtonne, j’avance à 2 à l’heure, sans trop savoir où je vais, mais j’y vais.

Ce troisième fils, c’est celui des possibles. Celui qui te fait dire « je peux le faire ». Celui qui te montre le chemin et qui t’invite à te LAISSER ALLER. Alors j’essaie. Façon escargot, millimètre après millimètre, antenne après antenne. Je touche, je teste, j’accepte, je me renroule, je me redéroule et je recommence.

Je suis un escargot et j’apprends à faire confiance à la vie. Crois-moi, ça fait tout drôle.

Share Button

1 Comment on Je suis un escargot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.