colère terrible two

Je suis si fière de moi.

Vous ne le savez peut-être pas encore, ou alors ce n'est plus qu'un lointain souvenir pour vous mais… la cohabitation avec un enfant de 2 ans et parfois rude, très rude.

En ce moment, en vacances seule avec les enfants je gamberge, je réfléchis, je philosophe. Je fais en partie le deuil de cette mère disponible, zen et souriante que je voulais tant être mais que je ne suis pas et que je ne serai jamais. Je pense, beaucoup. J'essaie de m'accepter comme je suis, un peu.

Tout à l'heure, Oscar a ressenti une colère immense, il a frappé son frère, il s'est roulé par terre, et a envoyé valser son petit fauteuil de jardin qu'il aime tant. Les larmes roulaient sur ses joues et ses hurlements restaient coincés dans sa gorge, tant il avait du mal à reprendre son souffle.

Une colère, comme peut en faire un enfant de 2 ans et demi. Noire, aveugle, dévastatrice, irraisonnée. Pour 3 fois rien. Mais 3 fois rien pour QUI ? Pour moi. Et mes yeux d'adulte.

Non, on ne se roule pas par terre parce que son frère a le malheur de baver sur son parking imaginaire. Non, on ne tape pas son prochain, un plus petit que soi de surcroît, même si ce qu'il a fait nous semble impardonnable. Non, on ne frôle pas l'oedème pulmonaire pour si peu.

Mes yeux d'adulte et moi avons vu rouge. Pauvre Gustave molesté par son grand frère ! "Oscar, excuse-toi ! – Non !!!! Ze veux pas dire pardon ! – Très bien Oscar, tu vas aller te calmer plus loin, tu reviendras après… – Non !!! Ze veux pas me calmer ! Ze veux dire pardon à Gustave ! – Très bien, vas-y, alors… – Non !!!! Ze veux pas dire pardon, ze veux aller dormir ! – D'accord, Oscar, allons dormir… – Non !!!! Ze veux pas dormir ! Ze veux jouer dehors ! – Parfait, va donc un instant dehors alors… – NON !!! NON NON NON ! Ze veux pas jouer, ze veux pas… "

Tu veux quoi en fait ? Tout, rien, oui, non, il ne sait pas et moi non plus. Qu'on se sent seule et démunie dans ces cas-là ! Surtout moi, toujours à essayer de trouver une raison à tout. Dur, du haut de mes presque 32 ans de suivre quoique soit. De rester calme. D'ailleurs je n'y arrive que très rarement, en général uniquement le lendemain de vraies bonnes nuits de sommeil (ça te donne une idée de la rareté du truc donc).

J'ai senti ce moment où j'allais basculer, l'empoigner, me mettre à brailler. J'ai senti ce moment où ma propre colère allait prendre le dessus et venir gonfler la sienne. Ce moment où comme la mer et les récifs, nous allions nous écharper, nous battre et perdre tous les deux.

Je me suis assise. Je l'ai serré très fort. J'ai perdu 5 dixièmes d'audition je pense, et tout mon duvet du bras droit. "Mamaaaan ! Tu me LÂCHES le bras !". Mais Maman n'a pas lâché. Maman a tenu bon. Maman t'a serré très fort et t'a demandé "C'est dur pour toi, Oscar ?"

Tes yeux pleins de larmes et de rage, tes yeux si bleus, d'habitude rieurs et enjoués se sont posés sur moi. Tu m'as regardée en continuant de te débattre mais le coeur n'y était plus. Dans un souffle "Oui… c'est très dur pour moi, ze suis triste… Gustave a pris mon parking !"

Ma colère a disparu. Mon fils au coeur brisé par son parking imaginaire ! Perdu, noyé dans sa tristesse et sa colère. Je l'ai serré à nouveau, tout contre moi. J'ai baisé ses petites paupières mouillées, toutes poussiéreuses à force de jouer dans le jardin.

Tout est bien qui finit bien

Je l'ai écouté me parler de sa colère, de sa tristesse. Je l'ai rassuré. On est tous en colère. Partout, tout le temps des gens sont en colère. Maman aussi est en colère quand c'est trop dur pour elle. Rien de plus normal. Et pourtant, on ne peut pas laisser sa colère nous envahir au point de frapper quelqu'un ou de lancer des objets à travers la pièce. Tu comprends ?

Je crois qu'il a compris… au moins jusqu'à la prochaine colère ! 😀

Et moi… moi qui crie, moi qui enrage, moi qui empoigne et pousse parfois… moi qui ai eu deux ans et demi l'espace d'une seconde ce matin et qui ai eu envie de céder à cette colère, je suis si fière de moi.

Share Button

8 Comments on La colère

  1. moi aussi je suis fière de toi ! c'est tellement plus facile de péter un cable…. au risque de te foutre les boules, mon fils de 8 ans ( ça continue même en grandissant donc..) pique des colères régulierement, et lorque j'arrive à rester zen et à parler alors qu'il crie, ça se passe mieux… se mettre à leur place, c'est une des choses qui nous permet de comprendre et d'accepter pourquoi ils se mettent dans des états pareils !

  2. Bravo!

    Je trouve toujours difficile de me contenir quand Grand Bébé risque de s'en prendre physiquement à Petit Bébé.

    Rationnellement, j'ai lu I.F. je sais que ta réaction fut la bonne:serrer l'enfant et l'aider à verbaliser mais parfois…

    On est des mamans pas des saintes, et il faut apprendre à l'accepter!

  3. Tu peux être fière en effet ! C'est tellement dur, surtout quand le modèle qu'on a eu enfant est à l'opposé, comme pour moi.

    Le mien a presque 3 ans 1/2 mais même combat. Que c'est dur de ne pas se laisser envahir par sa colère ! Ce que je trouve chouette, c'est que plus je pratique le câlin (ou passer le relai, ou autre solution non violente) à la place de la gueulante, plus la fois d'après est facile, un peu plus naturelle. Bon, ça n'empèche pas les rechutes les jours merdiques. Hourah pour toutes ces petites (grandes en fait) victoires !

  4. J'aimerai savoir faire ça. J'essaye en tout cas. C'est beau. Tu es une bonne maman. Et parfois je pense à toi. Je laisse mon petit faire des expériences. Je me dis que tu as tellement raison. Merci. Ça fait du bien de savoir que quand on fait les choses avec le cœur ça marche parfois. 

  5. Un grand bravo à toi !!

    Je vais essayer de mettre en application ton bel exemple dès ce soir, car chez nous, en ce moment, les colères c'est plusieurs fois par jour !!

  6. Magnifique ton article, qui me donne envie de faire un gros câlin à mon bébé! Tu peux être fière de toi, c'est tellement difficile parfois de réussir à se calmer alors que tout nous énerve pour qu'ils puissent se calmer eux! Félicitations pour ce finalement joli moment, et merci de le partager avec nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.