Tu me connais, j’aime les défis ! Aussi, quand Wesco m’a contactée pour me proposer de tester un de leurs produits, j’ai tout de suite opté pour… le lit au sol ! En réalité, j’ai fait ce choix car William fait toutes ses siestes à la crèche dans un lit au sol, et crois-le ou non : il dort ! Prête à tout pour dormir moi aussi, je me suis dit que ça valait le coup d’essayer. Mon choix s’est porté sur le contour de matelas cocon et son matelas en mousse waterproof Wesco parce que je l’avoue, je ne suis pas fan des lits à barreaux, sauf dans un cas bien particulier, que je mentionnerai après.

Wesco, c’est quoi, c’est qui ?

Wesco est une marque de puériculture active depuis plus de 40 ans. Créateur, fabricant et distributeur, Wesco conçoit et confectionne des produits sûrs, à partir de matériaux résistants et de qualité, destinés aux enfants de la naissance à 12 ans. Utilisés par de nombreux professionnels, crèches et structures d’accueil, les objets Wesco sont également disponibles pour les particuliers.

C’est le cas du contour de lit cocon et de son matelas. Sain et sûr, il est à la fois moelleux et résistant. Répandu dans les crèches, il est aussi parfait à la maison, en couchage, mais aussi lorsque William aura grandi, pour faire un coin lecture ou une piscine à balles ! Pour l’instant, nous avons placé son matelas habituel dans le Cocon et nous réservons le matelas waterproof pour une utilisation plus ponctuelle.

Pourquoi un lit au sol pour mon bébé de 12 mois ?

Laisser son enfant libre de ses mouvements, libre de son cycle de sommeil, libre d’aller se coucher s’il en a envie ou au contraire, de se lever s’il n’est plus fatigué, je pense que c’est indispensable pour aider bébé à identifier ses besoins, à prendre conscience et confiance en lui. Dormir dans un lit au sol fait partie intégrante du concept de motricité libre, une approche que j’apprécie beaucoup, même si elle me demande personnellement beaucoup de travail (j’y reviendrai plus tard aussi).

Alors évidemment, je ne parle pas de laisser bébé faire ce qu’il veut quand il veut sans aucune intervention parentale, sinon, les bébés naîtraient dans des œufs et seraient autonomes dès l’éclosion ! C’est comme pour tout, c’est important de définir un cadre et de veiller au grain.

Lit au sol pour bébé et lâcher-prise

On va pas se mentir, avoir un lit au sol Wesco avec un bébé de 13 mois, c’est sport, très sport. Premièrement, ça implique de sécuriser la pièce où votre bébé va dormir. Chez nous, il est dans notre chambre, au plus proche de la source (aka moi), et clairement, notre chambre d’adultes pleine de bazar n’est pas tellement kid friendly. J’ai donc dû ruser pour planquer ma table de nuit avec mon réveil et mes boules Quies par exemple, et quand William est à la sieste, je reste en état d’alerte pour ne pas louper son réveil. Comme je le disais en début d’article, le lit au sol exige (selon moi) une grande disponibilité de la part des parents. C’est à l’image de la parentalité positive : du boulot ! On peut avoir l’impression que c’est du laxisme ou du je m’en-foutisme, un truc un peu hippie sur les bords mais que nenni ! Si tu me crois pas, je t’invite à essayer.

En plus d’être disponible lorsque bébé se lève (pas toujours quand on aimerait !), le lit au sol peut aussi être synonyme de couchers à rallonge. Forcément, bébé est libre, et quand il s’aperçoit qu’il peut sortir explorer les environs, ou qu’il a plus besoin de VOUS que de DORMIR, ça peut demander quelques ajustements. Patience, c’est comme tout apprentissage, ça prend du temps ! Plus question en revanche de laisser bébé pleurer en attendant de trouver le sommeil. Ici, je ne le fais pas, donc ce n’est pas ça qui me dérange. Par contre, c’est vrai que cela m’est déjà arrivé plusieurs fois de ne pas pouvoir aller chercher William dans son lit alors qu’il était réveillé (maman de 3 enfants bonjouuuur) et qu’il se rendorme tout seul. N’espérez pas que cela arrive avec un lit au sol. En tout cas, pas chez nous : micro-réveil = fin de sieste ou lever nocturne, à 100%.

La grande différence entre un lit au sol et un lit à barreaux, pour le parent, c’est donc le lâcher-prise que ça demande. Nous ne sommes plus maîtres du sommeil de bébé. Nous ne décidons plus à sa place (même si bien évidemment, nous proposons le coucher lorsqu’il est fatigué) et c’est TRÈS difficile de s’habituer à cette façon de faire quand on régit tout à sa place depuis la naissance. C’est fatigant ! Fatigant de s’adapter, de se caler sur quelqu’un d’autre, d’accepter que lui ne va pas forcément dormir quand NOUS, nous aimerions qu’il dorme. Fatigant de voir qu’il ne sieste que 20 minutes car il se lève après un micro réveil, là où il aurait pu enchaîner 3 heures s’il n’avait pas eu la possibilité de sortir de son lit.

Mais d’un autre côté, comme je le disais, je reste persuadée que c’est un beau cadeau à faire à ses enfants : se reconnecter à soi, apprendre à identifier et exprimer ses besoins, s’auto-gérer (toujours avec notre guidance, bien sûr). Combien d’êtres humains sont aujourd’hui en dépression à force de ne pas pouvoir identifier ou de nier leurs besoins primaires ? Des millions !

Alors oui, c’est fatigant. Mais pour moi, les bénéfices sont tels que ça vaut bien quelques heures de sommeil en moins. En même temps, on n’est plus à ça près, hein ? Si j’avais voulu dormir, je n’aurais pas fait trois enfants !

Lit au sol ou lit à barreaux pour bébé ?

Les seules fois où j’ai remis en question ce choix de lit au sol, c’est les jours où, trop fatiguée, je n’avais plus les ressources pour gérer MON manque de sommeil et de repos. Les jours où tu es tellement à bout que tu “apprécies” de pouvoir poser ton enfant en sécurité, pour aller prendre l’air dans la pièce d’à côté et te calmer. Car oui, c’est arrivé, ça arrive, et ça arrivera encore. Parce que ce 8° réveil nocturne, tu ne peux pas le gérer, parce que tu veux juste dormir et qu’on te LAISSE dormir, mais que bébé, lui, sort de son lit, encore et encore et encore. Ça c’est CHAUD et ça demande une sacrée dose de self-control, d’acceptation et de lâcher-prise. Sachant que parfois, il faut pouvoir accepter qu’on ne peut pas accepter justement (tu me suis ?).L’acceptation, la disponibilité, la zenitude, tout ça, c’est bien beau,mais parfois ça ne passe pas. Quoiqu’on fasse, on a besoin de dormir ! Je n’ai pas, à ce jour, trouvé la solution miracle et oui, le lit à barreaux me manque dans ces moments-là. 

Contour de lit Cocon Wesco, mon avis

Franchement, je suis fan de ce lit ! Il est léger, facile à déplacer, et il est sécuritaire : bébé ne peut pas tomber, les bords sont en mousse, et même nous, on se pète plus les orteils contre les montants !

Mais pour moi, c’est surtout un excellent moyen d’habituer bébé à dormir dans un lit sans barreaux, pour ensuite le passer dans un lit classique un peu plus haut. Je reste aussi convaincue que même si c’est un choix fatigant, c’est un choix qui finira par porter ses fruits… Only time will tell !

Toutefois je dois aussi avouer que pour les siestes, je sors encore le lit parapluie de temps en temps, pour que William se repose pleinement et ne se lève pas dès le premier micro réveil. Depuis 3 nuits, il dort avec ses grands frères, toujours dans son lit parapluie pour le moment, puisque cette installation est en phase de test ! Et surtout, avec un lit au sol, je préfère l’avoir près de moi pour me réveiller dès qu’il se lève, car on a beau sécuriser sa maison, il y a toujours des choses auxquelles on ne pense pas. Donc avec les grands frères, c’est lit parapluie… pour l’instant ! Affaire à suivre…

Produit offert par Wesco. Utilisation à partir de 6 mois. 

Share Button

3 Comments on Lit au sol de Wesco – test et avis

  1. Lit “ouvert” aussi depuis un peu plus d’un an de bébé… Et c’est plutôt pas mal. Ici on a opté pour le lit à barreaux sans la barrière latérale, et ça fait le job, tout en faisant un petit “coin cabane”. On fait avec ce qu’on a !

    Au final je trouve ça bien car s’il se réveille de sa sieste il peut sortir de son lit librement, et puis comme on n’a pas beaucoup de place chez nous (petit appart) ça fait un espace de jeu supplémentaire pour lui : il aime aller jouer dans sa “cabane” (parce qu’en plus j’ai mis un toit en tissu).

    Et comme il a un lit au sol à la crèche, il n’est pas perturbé.

    Clairement, c’est pas donné ce truc mais ça fait envie. À voir pour un numéro bis peut-être, en tous cas si j’avais su que ça existait plus tôt… 😉

    • Ah et j’oubliais le truc le plus important : on est sereins sur les risques de chute. Parce qu’avec notre Petit Loup qui escalade les escabeaux et les dossiers de canapé avant même de savoir marcher (!!!), ben j’avais la flippe qu’en essayant de sortir de son lit à barreaux il se fasse mal…

      Là il peut lui arriver de tomber du matelas, mais y’a un petit tapis au sol donc un peu de frayeur mais ça va.

      Avec un lit au sol, pas d’inquiétude… le concept du lit wesco au sol est aussi qu’on peut soulever d’un bras et poser ailleurs le lit si on veut le déplacer et ça c’est cool… et avoir un petit contour est chouette aussi. Nan je regrette de ne pas avoir connu ça avant ^^.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.