Hipgraine

Aujourd’hui, ma Graine, j’ai envie de parler de toi. Mon amie, ma confidente, mon oreille. Tu te reconnaîtras, il n’y a que toi que j’appelle comme ça. Graine de hippie façon laine bouillie, hashtag oignon contre la toux.

En fait, je voulais écrire cet article très personnel parce qu’en parlant de mes deux burn-out sur les réseaux (un pro et un perso -comme tu le sais, je n’aime pas faire les choses à moitié), j’ai reçu de nombreux messages.

Des messages pour me demander comment on sait quand on est en burn-out ? Et ça fait quoi quand on fait un burn-out ? Et qu’est-ce qu’on prend quand on fait un burn-out ? Et comment on guérit ? Comment on s’en sort ? Je ferai un post sur le burn-out maternel, un jour, quand l’envie me prendra.

En attendant, le truc que j’ai envie de vous dire c’est… trouvez-vous une Graine ! Une amie, une sœur, un cœur avec deux oreilles. Je crois que le plus dur à gérer dans l’épuisement, c’est la solitude. Je crois même que c’est une des principales causes du burn-out. On se bat et on se débat, seule. Et parfois, même quand il y a des mains tendues, on ne les voit pas, ou alors on n’ose pas.

Entendons-nous bien hein, j’ai une famille, un mari aimant, des amies, une sœur que j’aime plus que tout. Mais ma Graine, c’est… C’est différent. C’est un peu comme un puits au fond du jardin. C’est là où je peux aller murmurer mes rêves les plus fous sans que jamais elle ne me trouve ridicule, là où je peux hurler ma haine momentanée à l’égard de mes gosses sans que jamais elle ne compose le numéro de la PMI ou de l’HP, là où je peux pleurer et où je sais que je ne crains RIEN, là où j’ai envie de raconter tout ce qui me passe par la tête tout simplement, tout ce qui est moi.

Ma Graine, c’est mon refuge, ma soupape, mon phare dans la nuit, ma Pensine (quoi tu connais pas Dumbeldore ?? Bah faut sortir le dimanche, oh !!). Comme je disais, un cœur avec deux oreilles…

Bienveillante, elle accueille, elle écoute. Elle suggère, elle patiente mais jamais ne JUGE. Elle comprend quand tu ne parles pas pendant 3 jours ou que tu oublies de lui demander de ses nouvelles. Elle sous-titre TOUT, parfois même mieux que ton propre cerveau.

Chacune sa vie, chacune son parcours.  2 gars pour moi, 2 filles pour elle. Un point commun : cette hypersensibilité. On marche en permanence sur le fil de la vie. Quand on a mal, on a très mal, quand on est joie, c’est tout juste s’il nous faudrait pasun feu d’artifices sur la Tour Eiffel avec son et lumière. Est-ce que c’est pour ça qu’on se comprend si bien ? Je sais pas. 

La Graine est très extravertie. C’est la maman gentille, qui parle un peu fort aux réunions de l’école mais qui est toujours dispo pour apporter un gâteau aux anniversaires, accompagner une sortie à la mer par moins 12 un jour de pluie et fabriquer une urne en carton massif pour les 30 ans de sa copine. Elle a les yeux tout plissés à force de rire, et même que parfois, on finit par se demander si elle serait pas un peu asiatique, ou esquimau, la Graine.

Au début, la Graine a sorti ses rames pour extirper la substantifique moelle de mon cœur. Je suis difficile d’accès, il paraît. Allaitement d’abord, éducation bienveillante ensuite, couches lavables… Au début, la Graine a ramé vraiment très fort parce qu’une new hippie écolo bobo qui vient me parler d’éviction des PLV et de graines à manger, comment dire ? Pas mon truc !

Mais de fil en aiguille, la Graine a su se rendre indispensable. Et même, en écoutant et en attendant que ça vienne de moi, elle m’a transformée. Avec la Graine, j’ai appris à parler. Et en parlant, j’ai appris le truc le plus important de ma vie : j’ai appris à m’écouter. MOI. A être en phase, avec MOI.

Parfois le destin place des emmerdes sur ta route (on a notre lot depuis quelques temps d’ailleurs, merci, Destin, tu peux trouver quelqu’un d’autre maintenant). Parfois, il place juste des personnes extraordinaires.

La Graine sait tout faire. Elle bricole ses bottes avec un trombone (tem mollets de campeur), et soigne à peu près tout avec des oignons. Avec elle, rien n’est jamais trop loin, ni trop difficile, tout prend toujours deux secondes, et tout peut toujours servir. Elle sait faire des gâteaux coccinelle, des cornes de licorne en PQ et des gâteaux au chocolat avec de la courgette.

La Graine est toujours par monts et par vaux, et même que des fois, je me demande si elle se drogue pas en sniffant sa farine d’épeautre ou son thé rooibos. Telle Shiva, elle passe l’aspirateur tout en cuisant des cookies vegan, pendant qu’elle aide ses enfants à peindre une magnifique toile pour la fête des pères en peignant son chat barjot.

Ma Graine, si tu savais comme tu me boostes ! Si tu savais comme je t’admire et si tu savais toute la gratitude que j’ai à ton égard ! A peu près aussi grosse que ta varice, ma Graine. Et si tu savais comme les larmes roulent  sur mes joues, au moment où j’écris ces lignes, parce que je t’aime si fort que c’en est presque fou…

Mais suis-je bête ! Tu sais, oui tu sais… Tu es ma Graine ! Et je t'aime comme un booster de CL porté 3 nuits de suite, c'est dire ! 

Share Button

4 Comments on Ma Graine

  1. Tu es l'oignon sur ma pizza, tu es le morceau de chocolat dans mon muesli, tu es là couleur fluo de mon leggins, tu es là crème de mes mains sèches et rabougries…. You are my grove (bah ouais graine et love quoi!)! ❤

  2. Si avec tout ça ta Graine ne chiale pas alors la chapeau! tu as le don pour faire rire, sourire et toucher, tout ça en même temps. Je veux bien le tuto des cornes de licorne en PQ 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.