Je te le dis, aujourd'hui fut une journée de merde. Avant celle-là, il y en a eu seulement deux du même acabit depuis la naissance de Bouchette. Tu sais, ces journées où tu cries, tu chiales, tu te demandes pourquoi tu as fait non pas un mais deux enfants, bref, tu vois le topo.

Mais ce soir, deux magnifiques nouvelles (et une petite surprise pour vous à venir sur la page Facebook, mais qui n'a rien à voir) me font prendre conscience que la vie est COURTE et que la vie est BELLE.

Oui les gosses sont parfois chiants. Mais on en a, et pour ma part en bonne santé. Oui aujourd'hui, je me suis sentie seule, abandonnée et même persécutée par mes enfants (paie ta parano). Mais ce soir, j'ai eu la preuve que non, je ne suis pas seule. Oui, on croit souvent que la blogo pue. Mais ce soir, une copinaute que je n'aurais pas connue sans ce blog m'a tendu la main. Oui, je me plains souvent et je pète encore plus souvent les plombs. Mais savoir qu'une autre copinaute a échappé à ce putain de cancer de merde me fait ouvrir les yeux. Oui, on parle toujours des dangers des réseaux sociaux. Mais ce soir, j'ai bien rigolé sur Instagram et j'en avais tellement, tellement besoin.

Malgré les difficultés, malgré ces moments d'abattement où l'énergie et la bonne humeur se font rare, ce soir, je suis heureuse. Je suis heureuse d'avoir deux enfants chiantos. Je suis heureuse et très émue d'avoir été choisie aux côtés de personnes que j'apprécie et que j'admire, par Emma, pour un projet top secret pour le moment (ne t'en fais pas, je t'en rebattrai bientôt les oreilles, va). Je suis heureuse et soulagée pour Claire, qui attendait certainement avec angoisse les résultats de sa biopsie. Je suis heureuse et amusée (et impressionnée) d'avoir déconné avec Lalie et Cynthia.

Oui, il y a des jours sans, où tout paraît noir et nul. Et puis d'un seul coup, un sourire, un rayon de soleil, une blague nous touchent en plein coeur et d'un seul coup on comprend. On comprend que sans obscurité, il n'y a pas de lumière. Que sans laideur, il n'y a pas de beauté. Que sans tristesse, il n'y a pas de joie.

Ce soir, je vais aller me coucher avec le coeur un peu plus léger et le sourire aux lèvres. Fourbue, vidée, éreintée, mais heureuse. Et reconnaissante. Merci Emma, merci Claire, merci Lalie, merci Cynthia, merci mes fils, merci la vie.

Et promis, demain, j'arrête le Lexomil. Bisous.

Share Button

2 Comments on Positiver, toujours

  1. Merci pour ce post emplie de vérité.. je n’en ai qu’une et pourtant..Hier j’étais vidé, découragé .. j’ai bien cru que j’allais pleurer moi aussi. La fatigue joue de sal tour !!! Courage, vous êtes une SUPER MAMAN !!!! 😉

  2. Très bel article qui nous rappelle qu’il faut positiver. Y a tellement de choses moches dans cette vie. En tout cas une belle leçon ce soir et comme je le dis souvent au boulot : courage et bonne humeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.