IMG_20150603_180823

Oui, je reviens (vous pouvez aller jouer au loto, en pèlerinage à Lourdes ou bien investir dans une parka car il va certainement neiger) ! Mais je ne reviens pas pour vous raconter mon accouchement, la fin de ma grossesse, la boîte à grand frère, ni comment est la vie avec deux enfants de moins de 2 ans… (mais c'est prévu hein !)

Non, je reviens car aujourd'hui, j'ai vécu un événement banal dans une vie de Maman, mais extraordinaire dans MA vie de Maman.

Mamie est venue chez nous cette après-midi, comme souvent le mercredi. Elle m'aide à trouver mes marques avec mes deux Jojos les abricots, et c'est pas du luxe ! Comme il faisait beau, on est allés au parc. Landau gusgus-esque, poussette canne hibouesque, goûter, chapeau, crème solaire, couches, langes… c'est comme si on était partis pour 15 jours, on aime on adore ! 20 minutes plus tard, on profite des balançoires, du bac à sable, on joue au ballon, à courir après les pigeons (je t'ai déjà parlé de ma phobie des oiseaux ou bien ?) et à se rouler par terre.

A cet instant, je ressens une vive émotion. Mamie s'occupe du Souriceau (alias Bouchette, alias Gustave, alias Gusgus, alias la Souris, alias mon 2e fils) pendant que moi, je suis juste avec Hibou. Comme au bon vieux temps. Le bon vieux temps D'AVANT ma grossesse, d'avant que je devienne une grosse loquasse molle comme un loukoum, incapable de mettre le nez dehors avec mon loustic et mon gros bide.

Le bonheur m'envahit peu à peu, comme une grosse vague. Mais une vague des Caraïbes, bien chaude et enveloppante. J'ai cette même impression que lorsqu'on mange une glace ou une barbe à papa alors qu'on était au régime depuis 12 ans. C'est bon. Je me délecte de chaque seconde. On rit, on fait les fous. Hibou me fait même un gros bisou sur la joue depuis le tourniquet sur lequel il est juché.

En repartant, on passe devant le manège du parc. Normalement je ne m'y arrête pas, et Hibou s'en cogne. Mais pas cette fois. Pile au moment où Mamie lui demande s'il aimerait y aller, il pointe du doigt les voitures qui tournent et s'écrie "Roues !!! Roues !!" (les roues, les camions, les ballons et les canards étant les 4 passions élémentaires hibouesques).

Je pense que c'est clai : oui, il a envie d'y aller. J'achète un tour (je te passe la sensation d'être devenue un vieux croûton en achetant le fameux badge en plastoc qui donne le droit de monter, il me semble que c'était hier que moi, je donnais mon petit badge au monsieur… bref) et Mamie monte avec Hibou pour lui faire choisir où s'asseoir et l'accompagner pour cette grande première.

Le tank ? la Jeep ? la moto ? Sacré nom d'une pipe ! Là, au fond ! Un canard ! Wouaaaaaaaaah !!!! Mais après avoir out essayé, Hibou ne choisit rien de tout ça, finalement ce sera un petit bateau au centre du manège, une toute petite coquille de noix à sa taille.

Mon Hibou, qui est devenu si grand depuis la naissance de Gusgus… si grand qu'il commence à parler, si grand qu'il veut s'habiller tout seul, si grand qu'il sait déjà courir comme un foldingo (si, si, ça existe, t'as qu'à regarder les Visiteurs si tu me crois pas). Si grand qu'il va faire du manège pour la toute première fois. Je sens mon coeur de Maman se gonfler de fierté et de joie. Je suis si heureuse pour lui ! C'est un très grand moment dans sa vie de petit garçon !

Et en même temps, dans sa petite embarcation au milieu des lumières et des bruits des klaxons, il me paraît si petit, si fragile, un peu perdu. Une vague un peu trop haute et plouf, il serait bien vite submergé. Il est là, tout émerveillé, à regarder partout et à pointer du doigt à qui mieux-mieux mais je n'entends pas ce qu'il raconte à Mamie. Je fais "Coucou" comme tous ces parents noeud-noeud et ravis de faire plaisir à leurs moutards, ces mêmes parents que je regardais avant de très très loin.

D'un seul coup, mon coeur tout gonflé se serre. Mon petit-grand Hibou ! Tu es si grand et si petit à la fois… Tu avances avec entrain dans la vie et en même temps tu es encore si fragile ! Je suis là, derrière toi, à te regarder, à t'accompagner et à te tenir la main quand tu en as besoin. J'essaie de t'encourager dans tout ce que tu fais sans jamais te montrer à quel point j'ai peur. Peur que tu te fasses mal, peur que tu souffres, peur de ce jour où tu n'auras plus besoin de moi…

Tu ne m'as pas vue pleurer aujourd'hui mon Hibou, Mamie non plus je crois, mais sur le bord du manège, j'ai versé quelques larmes en prenant toute la mesure de la belle personne que tu es et que tu deviens jour après jour.

Vivement le prochain tour de manège !

Share Button

19 Comments on Le premier tour de manège

  1. Nom d’une licorne pailletée….j’ai failli verser une larme tellement je l’ai sentie ta vague caraïbéenne !!! Très bel article…Çà réchauffe de sentir tout votre Bonheur !!! des bisous

  2. Bon bah moi j ai versé autant de larmes que toi!
    C est tellement joliment écrit!
    Il me tarde ce moment avec mon petit aussi !

  3. ‘Tain mais la fille quoi!! Elle écrit un article super beau sur ce joli moment alors que je ne retiens que la gerbe qui ne m’a pas quitté pendant 2h après celui de LaCrapule…
    bravo et contente de te relire et d’avoir qq news entre les lignes!

  4. J’ai ressenti la même chose en voyant mon tout-petit sur le manège la première fois! Les larmes m’étaient montées aux yeux, et cet effet là je le ressens régulièrement quand je le vois grandir et faire quelque chose de nouveau, des choses qui me semblent parfois trop difficiles pour un Loulou de 3 ans mais qui sont en fait à sa portée!… Maintenant que mon numéro deux est là, je le trouve encore plus grand et je fonds littéralement quand il arrive vers son petit frère qui pleure en lui disant “pleure pas, je suis là”…!! je t’ai découverte il y a peu, durant des insomnies à la maternité quelques jours seulement après la naissance de ton deuxième toi aussi, et nous vivons des choses similaires! Merci de partager ces moments de vie.

    • Oui, je vois qu’on se comprend ++ ! Ils apprennent tellement vite… des fois ça me fait presque un peu peur pour le 2e car il parait qu’ils apprennent encore plus vite… Comment on va faire ??? 😀

  5. non mais ça va pas ? je lis ton article au bureau, et j’ai les larmes aux yeux (je me reconnais tellement dans ce que tu dis de ce côté “petit bonhomme qui devient grand mais est encore si fragile”) : j’ai l’air de quoi, moi, à chialer au bureau ??? ;)))

  6. J’ai vécu la même chose, il n’y a pas longtemps…leur premier tour…aucun cris, beaucoup de sourire. Et la première impression pour moi …ils grandissent…je heu..bref un instant je les ai vu plus grands…je sais pas si c’est vraiment le manège et ses mouvement circulaire qui me rendant ´tout chose´

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.