Comme chacun sait, quand bébé est dans le ventre de sa maman, bien au chaud, il est nourrit, oxygéné, hydraté et que sais-je encore, par l’intermédiaire du cordon ombilical. Magnifique appendice (Chouchounette si tu me lis, je te dédie cette ligne), qui une fois coupé à la naissance, laisse place quelques jours après au nombril.

Moi, mon nombril, il est tout pourri. Normal, ma maman débutante -je suis l’aînée- a tiré sur le petit bout qui restait après une semaine, trouvant anormal qu’il ne soit pas tombé de lui-même. Je vous rassure, j’ai pas dû souffrir (et de toutes façons, je m’en souviendrais pas, même si c’était le cas) et je suis pas non plus infirme du nombril, hein. Il sort juste un peu. Oui, mais moi, du coup, j’ai toujours secrètement jalousé les personnes qui ont un joli petit puits sans fond au milieu du bidou. D’ailleurs, un de mes jeux favoris consiste à enfoncer mon doigt dans le nombril de Papounet, que ça insupporte profondément… Mais on s’égare, là ! (suite…)

Share Button