Comme vous le savez, je me suis lancée dans cette épopée bloguesque (oui, j’aime les néologismes), poussée par mes proches. L’autre jour, je discute avec ma copine Milouche et je lui sors ma phrase fétiche (voir ici) : “J’suis au bout de ma life, Hibou ne veut pas dormir !” et puis j’ajoute une autre phrase, inavouable celle-là. On se marre bien, je sais que je peux lui dire ce que j’ai sur la patate, elle risque pas d’appeler la DDASS… Et elle me dit : “Pourquoi tu ne ferais pas un post sur ces phrases inavouables justement ?”.

Je dois vous dire que j’ai longuement hésité, parce que quand même, j’ai un peu peur de ce que vous allez penser. Mais après tout, je suis une Maman qui déchire, alors je mouille le maillot, et que celui ou celle qui n’a jamais pensé une des phrases suivantes me jette la première pierre !

1 – La variante “hard” de la phrase #1 de mon précédent Top 10 : “DORS ! Ou je te fous un coup de boule”. Si on m’avait filé un euro à chaque fois que j’ai hurlé cette phrase dans ma tête, je serai riche, très très très riche.

 

2 – “Pourquoi, ô pourquoi, ai-je fait un enfant ?”. Oui, je sais, c’est dur. Et croyez-moi quand je vous dis que j’aime Hibou de tout mon coeur et même plus. Pour lui j’escaladerais toutes les montagnes et traverserais tous les océans, même si on me coupait les bras et les jambes. Et pourtant… Il y a des moments où la fatigue se fait vraiment sentir et où on frôle la crise de nerfs, surtout quand Môssieur a décidé que non, c’est pas l’heure de dormir mais que si, Maman aimerait aller dormir, là. Je me pose aussi parfois cette question quand je vois mon Hibou se mettre à quatre pattes tel un petit château branlant, et que je sais qu’il va tomber et se faire bobo-tête-parquet. (Attention, minute philosophique à l’horizon !) Donner la vie, c’est aussi donner la mort et parfois, ce n’est pas facile à accepter. Mon beyyybé, je voudrais qu’il soit toujours heureux et bien portant, qu’il n’ait jamais mal ni faim ni froid, ni… Bref, je voudrais l’impossible !

 

3 – A chantonner sur l’air mondialement connu de la Petite Sirène “Un jour viendra, je partirai, je partirai sans aucun regreeeeet…”. Personne n’étant infaillible, j’admets volontiers avoir de temps à autre des envies de vacances, des envies d’ailleurs, des envies de SOLITUDE. Pas de Hibou, pas de Papounet. Juste moi, la plage et mon (mes) mojito(s). En général, cette pensée traverse mon esprit dans la jungle du centre commercial (surtout quand je porte mes 18 canettes de Coca) ou bien quand j’ai eu la stupide idée de ficeler Hibou dans le porte-bébé par 45°C à l’ombre…

 

4 – “Je vais te vendre et m’acheter un lapin !!”. Cette phrase est tirée d’un de mes films cultes, sauras-tu deviner lequel ? (Tata, tu joues pas, tu connais la réponse !) et je n’ai pas trouvé mieux pour exprimer -mentalement- mon exaspération quand Hibou me fait une selle débordante dans la salle d’attente du pédiatre, ou bien quand il vomit sur mes cheveux juste avant la séance photo familiale de Noël. C’est vraiment inavouable, mais la pensée d’échanger mon fils contre un lapin me fait bien marrer (on est dans la fiction, hein).

 

5 – “Donnez-m’en 10 !!”. Je parle bien entendu des enfants. Car être Maman, c’est pas QUE la galère. Il y a aussi des moments de grâce extraordinaires (heureusement en même temps, sinon, notre espèce serait en voie de disparition). Et dans ces moments-là, je me dis qu’il FAUT absolument que je fasse d’autres bébés pour profiter de tout ce bonheur encore et encore ! Mais ça je peux pas le dire, parce que comme je passe mon temps à râler et à dire que la vie de Maman, c’est tout sauf reposant, on me regarderait avec des yeux ronds comme des soucoupes en me disant : “Mais t’es malade ???”

 

6 – “Papaoutai ?”. Je m’interdis de prononcer cette phrase, car même si j’aime beaucoup Stromae, je n’ai pas envie d’avoir sa chanson en tête pendant les 10 jours qui suivent. Souvent le soir, après une journée bien remplie de péripéties hibouesques et de gaffes maman-esques, je tire un peu la langue et j’attends l’arrivée de Papa Hibou avec impatience. Et quand il tarde à arriver, j’entends cette petite voix qui murmure dans ma tête “Papaoutai, Papaoutai, Papaoutai, Papaoutai, Papa t’es oùùùùùùùù ??”.

 

7 – “Elle va la fermer sa gueule la souris, là ??!”. Non je ne suis pas agressive. Et non, je ne suis pas folle et je ne vois pas des souris qui parlent se balader chez moi. C’est juste que Tante Popi a un jour offert à ce cher Hibou une souris verte qui chante -je vous le donne en mille- “Uneuh souris verteuh, qui courait dans l’herbeuh…”. Oscar ADORE sa souris, presque autant que sa girafe, c’est pour dire. Oui mais voilà, il y a des moments où… Ben où tout simplement, on en a marre du bruit, de la musique “made in China” qui perce les tympans et de la voix suraigüe de ladite souris. Des moments où on rêve de SILENCE, quoi. Mais j’aime trop voir mon bébé rigoler avec sa copine, quitte à l’entendre pousser la chansonnette jusqu’à ce que j’en devienne chèvre. Je me contente donc de lui dire de fermer sa grosse bouche, dans ma tête.

 

8 – “Oh toi la vieille, si tu le touches, je te mords”. Ça, c’est quand on croise la voisine (ça marche aussi avec les vieilles au super marché, dans le bus…etc. et même avec les pas vieilles) avec ses poils au menton et ses doigts tout crochus. “Bouh la méchante !” allez-vous penser. Un peu. Mais je n’ai jamais aimé qu’on vienne tripatouiller mon bébé. Avant d’être Maman, je n’aimais déjà pas qu’on me demande l’heure dans la rue, ça te donne une idée de ma sociabilité ! Alors qu’on se colle au porte-bébé (bah oui, forcément, ton bébé est collé CONTRE toi, donc si on veut le voir, il faut limite s’intercaler entre ta poitrine et lui) pour lui faire des gouzi-gouzi, non merci ! En plus, un gigot de 8 kilos ficelé sur soi, ça tient chaud, ça fait mal au dos, et si je me trimballe comme ça, c’est pas pour taper la discute 15 plombes sur le trottoir, c’est forcément que j’ai quelque chose à faire, quelque part. Mais pensée inavouable oblige, je souris et je réponds poliment : “Oui, il pousse (t’as déjà vu un bébé rétrécir en même temps ? Nan mais ouhou !!) ; oui, il a blondi ; oui, il a les yeux bleus ; oui, il mange bien ; oui, il dort bien ; oui, il… ” Oh mais OH !! C’est la Gestapo ou quoi ? C’est la DDASS qui t’envoie, c’est ça ??

 

9 – ” Je vais te manger !!”. Rien d’inavouable en apparence, me direz-vous. Oui, mais en réalité, des fois, j’ai VRAIMENT envie de manger Hibou. Je crois qu’il faut avoir un enfant soi-même pour comprendre le vrai sens des expressions “on en mangerait” et “à croquer”. Ce ne sont pas que des images, oh non ! Il y a des moments où on ressent tellement d’amour qu’on est submergée et perso, je suis parfois à 2 doigts de mordre mon fils… Ma copine Emilie est une vraie mère-louve avec ses deux filles, et quand elles étaient plus petites, elle leur faisait des “crocs d’amour”. J’avoue qu’étant devenue maman à mon tour, je comprends maintenant plus que jamais ces marques d’affection débordantes… Bon, Emilie m’a quand même dit de faire gaffe, parce que quand ses filles ont commencé la crèche, elles mordaient les autres enfants en signe d’amitié… Oups !

 

10 – Ben y a pas de #10, mais comme la rubrique s’appelle le Top 10, t’as compris, j’avais pas trop le choix… Hahaha !

 

Et toi, c’est quoi ces petites phrases que tu hurles dans ta tête sans jamais les dire en vrai ?

Share Button

7 Comments on Top 10 des phrases inavouables

  1. moi j’aime bien quand t’es un peu agressive (gnêêê façon Flamby)
    Jpense que les gens aiment bien le côté abrasif, tout comme les bonbons qui piquent

    Perso, dans le genre des phrases que j’évite de dire dans les dîners au cas où y auraient des gens avec enfants c’est “j’ai dû encore supporter un gosse dans ma rame de métro/mon wagon de train, si seulement j’avais pu le prendre et le jeter par la fenêtre ! Mais bon, on a pas le droit. Pourtant ça me défoulerait de ouf”

    • C’est affreux, tu vois, parce qu’avant d’avoir des enfants,je me disais “quand t’en auras, ben évidemment tu ne penseras plus comme ça”… Eh bien j’aimerais dénoncer cet a priori !! Moi, ça me saoule toujours autant d’entendre des mioches brailler, et quand c’est le mien, même combat. Je n’arrive pas à le laisser pleurer ! Bon en même temps, il est du genre placide et cool donc quand il pleure c’est vraiment que quelque chose ne va pas…

  2. Heu… demande aux voisins…J’ai toujours peur que les flics débarquent quand on tente de calmer 2 démons en crise !!!! C’est à celui qui hurlera le plus fort! J’ai une copine qui met ses enfants dehors sur la terrasse même en hiver pour les calmer…mais moi j’ai pas de jardin! alors..Pov’voisins!

  3. Dans les moments de désespoir absolu (soit des centaines de fois depuis la naissance du tout p’tit), j’ai pensé et même dit à qui voulait bien m’entendre : “je vais vendre cet enfant sur le bon coin!”. Ceux qui me connaissent ont ri, les inconnus ont flippé (ils ont peut être même appelé la DDASS).
    J’ai adoré la 9 (je suis parfois à 2 doigts de mordre mon fils…)! Ah ah ah! Je m’en remets pas! En mode “je t’aime mon fils” et crac un bout de cuisseau en moins!

    • Aaaaah j’aime quand on me comprend et qu’on partage, je me sens moins seule !! Oh les cuissots !! Ne m’en parle pas, rien que d’y penser, j’ai envie d’aller croquer ceux du Hibou qui dort profondément… Allez, juste un petit bout là, derrière, on le verra même pas !! MIAM MIAM !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.