peridurale

Si tu veux pas, tant pis ! Au départ, j'en voulais pas non plus, moi, de la péridurale ! Et puis tu vas voir pourquoi j'ai décidé d'accepter qu'on m'enfonce une paille dans le dos pour soulager ma douleur. Mais en ayant accouché sous péridurale alors que je n'en voulais pas au départ, je pense avoir un bon aperçu (mais qui m'engage que moi) de pourquoi on peut ne pas en vouloir, et de pourquoi c'est vachement bien quand même.

Il y a deux jours, j'ai lu un article de ma copinaute Julie ici, sur son accouchement sans péri. Elle explique très bien pourquoi elle n'a pas souhaité recourir à cette méthode, et ses raisons sont assez semblables aux miennes. Quand je lis son récit, avec ce côté brutal, fort, bestial, animal… en un mot NATUREL, j'ai les petits cheveux qui se dressent sur la nuque et les larmes qui me montent aux yeux parce que c'est que je voulais. Mais s'il y a un truc que tu piges avec la grossesse, c'est qu'il y a ce que TOI tu veux, ce que BEBE veut, ce que les MEDECINS veulent et ce que la NATURE veut. Et tout ce petit monde n'est pas toujours raccord. Et surtout, quoiqu'il arrive, c'est au final la nature qui finit toujours par reprendre ses droits.

Tout comme Julie, je ne suis pas une "Nature & Découverte" et franchement, je crois que ce qui m'a le plus gavée quand je disais que je ne voulais pas la péri, c'est ce regard qui te dit "Ah, encore une qui va vouloir accoucher dans une piscine gonflable dans son salon, avec de l'encens un soir de pleine Lune, sur fond sonore de chants des baleines". Bah non. Et puis quand bien même ce serait le cas, tant que personne n'est en danger, je vois pas où est le problème, merde ! Non, moi je voulais juste un accouchement le plus naturel possible. Je voulais accompagner mon fils dans le travail, SON travail, surhumain, pour venir au monde. Je voulais être là, sentir. Tout sentir.

Alors là, en général, tu as l'autre catégorie qui intervient, celle qui te regarde avec condescendance "Ah ! Mais on voit bien que c'est le premier, tu n'as AUCUNE, mais AUCUNE idée de la souffrance que ça engendre…"  Certes, et en même temps, vu le nombre de femmes ayant accouché sans péri dans l'histoire de l'humanité, plus celles à venir, je pense que ça devrait aller. C'est la nature, bordel ! On est fait pour ça. Comme un éternuement, comme le fait de grandir ou de perdre sa virginité. Ce n'est PAS une blessure (même si ça reste difficile, un "traumatisme" pour le corps), ce n'est pas comme de se fracasser la hanche dans un accident ou se casser le bras en jouant au waterpolo.

Enceinte, tu as près de 9 mois (en théorie) pour te préparer, pour y penser, te projeter, réflechir. Moi, depuis toujours, je la voulais la péri. Et puis du jour où j'ai su que j'avais cette vie en moi, je n'en ai plus voulu. Pourquoi ? Pour accompagner, pour être là, pour ne pas être "diminuée". Je trouve ça normal que des millions de femmes choisissent de ne pas avoir mal et jamais je ne me permettrais de leur bourrer le mou en leur disant "Bouh, pas bien !!!", alors je ne vois pas pourquoi, aujourd'hui quand tu dis que tu n'en veux pas, on te regarde comme si tu étais maso.

Non, je ne suis pas maso. Inconsciente, peut-être (bah oui, little primipare, je te rappelle), mais pas maso. Si on te propose la péri mais qu'on ne te l'impose pas, alors je pars du principe que c'est du plus, c'est un choix à faire, chacun pèsera le pour et le contre avant de se décider. Moi je le sentais dans mes tripes. Oh, j'en ai eu des remarques, comme quoi j'étais folle, que je refusais le progrès (moi qui ai vérifié 15 fois si on pouvait avoir le wifi à la mater, oui, oui, j'aime vivre comme au XIIe siècle) ou encore que ma décision était stupide…

Mais jusqu'à preuve du contraire, la péri n'est pas indispensable à la survie de la maman, ni du bébé, ni même à leur épanouissement. Elle peut aider, oui, mais n'est pas INDISPENSABLE. Et si on se sent accompagnée dans ses choix, préparée à donner la vie, capable de le faire sans, alors pourquoi juger ? Il y a des fois où quand j'annonçais ma décision face aux réactions (toutes les mêmes, yeux ronds comme des soucoupes et bouche qui tombe aux genoux), je voyais qu'on ne m'en pensait pas capable. Et forcément, sans aller jusqu'à dire que c'était décourageant, c'était loin d'être encourageant. Mais bon, passées les premières réactions, au final, ça te conforte dans otn choix, ne serait-ce que par défi (vis-à-vis de toi, mais aussi des autres) : "je vais vous montrer, qu'on peut y arriver, nom d'une pipe !!"

Alors, pourquoi ai-je fini par choisir la péridurale ? Au final, on va dire que c'était un demi-choix. Coup du sort, j'ai le dos tordu, mais tordu au point de me faire passer une IRM enceinte de 8 mois, ce que je ne souhaite à personne. Bref, j'ai une petite malformation, trois fois rien. Mais un trois fois rien qui fait qu'en cas de césarienne d'urgence, on ne peut pas me faire de rachi-anesthésie. La rachi-anesthésie, c'est l'alternative à la péridurale. Donc sans péri, en cas de césa, dans mon cas, c'était anesthésie générale direct.

Je ne voulais pas de la péri pour accompagner mon bébé, pour être là pour lui, avec lui. Et là on me parle de la pire des éventualités : ne pas être là du tout. Sans parler des suites de couches en mode dans le gaz et compagnie… Bon, ce n'étaient que des hypothèses mais comme chacun sait, on ne peut JAMAIS prévoir comment va se dérouler un accouchement et c'est aussi le rôle des médecins de parler de toutes les éventualités, même les moins sympas, et de nous conseiller dans nos choix.

Je ne me suis pas sentie obligée. J'ai réfléchi et j'ai fait mon choix. J'ai accepté la péridurale. Ce choix a été difficile et m'a rendue très triste pendant les jours qui ont suivi ma décision. J'ai beaucoup pleuré. Peu de personnes ont compris, car après tout, c'est vrai, c'est pas la mort. Oui mais quand tu es enceinte, et je pense encore plus pour la première fois, tu idéalises pas mal de choses, tu imagines, tu te projettes… Et au final la nature reprend toujours ses droits (oui je radote, et alors !).

L'avantage, c'est que j'ai pu tester la péri du coup ! Et je l'avoue, ça fonctionne (enfin j'imagine vu que je n'ai pas essayé sans) trèèèès bien ! J'ai perdu les eaux, je suis arrivée à 4 de dilatation en quelques heures à peine, j'étais à 6 sur 10 en terme de douleur. Je n'ose donc imaginer le ressenti à 10 cm vu que les ocntractions s'intensifient tout au long du travail ! Mais moi, j'ai rien senti du tout ! A 4 cm donc, on me pose la fameuse péridurale. Sans déconner, le PIRE moment de mon accouchement. On fait sortir le Papa, on te pique d'abord une fois pour anesthésier le dos, puis on te colle la paille dans la colonne. Oh, ça ne fait pas mal hein. Mais mois j'ai la phobie des aiguilles et des piqûres, alors t'as qu'à voir. J'ai pleuré comme un gros bébé et j'en ai profité pour labourer les avants-bras de l'infirmière en face de moi, façon "Tu l'emporteras pas au Paradis !", même si elle n'y était pour rien, la pauvre.

15 minutes après, j'ai eu l'impression d'être dans les Visiteurs, tu sais quand la sorcière allonge son bras pour mettre le poison dans la gourdasse au début ? Et ben pareil pour mes jambes. J'ai commencé à planer GRAVE. J'ai dit au Papa "Ouuuuuhhh qu'ils sont loin, mes pieeeeeeds !!" et lui de me regarder avec des yeux de merlan frit. L'anesthésiste repasse pour voir si tout va bien. Ah ben ça farte, je suis à moins 12 sur l'échelle de la douleur, je sens RIEN. Dites, y a pas que de quoi anesthésier le bas du corps dans votre truc, là. Tu penses, non, y a aussi "un petit quelques chose pour vous détendre, Madame". Ah ben pour être détendue, j'étais détendue. J'ai demandé une couverture, et puis à ce qu'on éteigne le slumières, et j'ai dormi. Je te rappelle que pendant ce temps-là, un trou béant se mettait en place au niveau de la schneck pour laisser passer Hibou. Mais bon. Moi rien sentir, moi faire dodo. OK.

Au final, quelqu'un vient et me dit qu'il faut pousser. Ah bon, déjà ? Bon ben ok, on y va. Je sentais rien donc c'était dur de savoir ce que je faisais. Au final, on me dit de faire comme si j'étais aux toilettes ! Bon, c'est comme le vélo, cça s'oublie pas, anesthésie ou pas, don cje pousse et 3 minutes après voilà Hibou ! Génial, j'ai RIEN senti.

Je n'ai pas non plus senti les 2 fois où on m'a vidé la vessie avec une sonde (mine de rien, j'y repense souvent en me demandant ce que ça aurait donné sans péri), ni la révision utérine musclée à laquelle j'ai eu droit après vu que ce bouffon de placenta avait décidé de rester à moitié coincé là-haut.

En suite de couches, j'ai eu du mal à me lever parce que chute de tension, mais au final, je n'étais pas fatiguée, je n'avais pas mal. J'étais FRAICHE. Truc de fou pour un premier accouchement. J'ai eu de la chance car il a été rapide, mais c'est aussi grâce à la péridurale, faut pas se leurrer.

Et alors, pour le 2e, péri or not péri… Je t'avoue qu'après y avoir goûté, j'ai un peu peur de ne pas pouvoir y arriver sans. Et puis, j'ai bien compris que ça ne dépendait pas QUE de moi. Il parait que pour le 2e, c'est plus rapide, donc dans mon cas, j'ai peur, ça va donner quoi ? 2h ? Je n'aurais peut-être pas le temps… Je ne sais pas, je n'ai pas encore décidé mais j'avoue que pour l'instant, je penche plus pour que contre.

Et toi, tu veux ou tu veux pas ? T'as eu ou t'as pas eu ? T'as pu ou t'as pas pu ?

 

Share Button

54 Comments on Tu veux ou tu veux pas ?

  1. Merci de me rendre hommage mouahahaha 🙂 Déjà j’adore ta dédicace aux Visiteurs car sache que je l’ai téléchargé y’a 15 Jours pour le regarder parce que ça me fait toujours autant rire (oui je sais c’est grave). Bref moi j’avais arrêté de le dire autour de moi, une fois que j’avais eu les yeux ronds de merlan fris et les “ouais tu verras tu feras comme tout le monde tu la prendras”, j’ai arrêté, ça me saoulait de me justifier. Et puis j’ai l’esprit de contradiction je crois et ça c’est plus fort que tout 😀
    Tu verras bien pour le 2ème, il parait que chaque grossesse est différente, que tu es différente de ta première grossesse, bref tu peux toujours te préparer à ne pas l’avoir et changer d’avis après (vaut mieux ça que l’inverse d’ailleurs)

    • HAhaha, Messiiiiireeee ! Mais c’est tellement bon <3  Tu as bien raison de faire comme TU voulais ! L'incovénient, c'est que pour un 2e, tu es forcément influencé par le premier et du coup, je ne pense pas avoir l'envie d'aller jusqu'au bout sans, donc... Je vais me préparer à toutes les éventualités, ce qui revient à ne pas se préparer hahaha, mais sincèrement, je pense la prendre, peut-être en dosant moins, on verra 🙂

  2. moi je ne voulais pas de péridurale non plus, j’ai fait tout l’accouchement sans, j’ai craqué à la dernière minute où c’était encore possible de la faire. En fait j’avais besoin de qqn qui pendant 15 minutes pouvait y croire pour moi et me redonner du courage, mais j’étais toute seule, la sage-femme depuis le matin me bourrait le crâne pour faire une péri et je me voyais perdre pied. Finalement ça a été râté; il a fallu s’y reprendre à deux fois et en pleine contraction, c’était horrible et après je suis assez mitigée sur le fait de savoir si ça a réellement marché ou pas ! mais comme je n’ai qu’une expérience, je n’ai pas de point de comparaison, en tout cas j’ai eu bien mal quand même au moment se faire sortir michoco, même si je ne sentais plus les contractions.

    • Ah ça !! Elle est cruciale cette minute… Dans tous les témoignages que j’ai lus, c’était vraiment la CLEF, le moment où toi tu craques et où il faut que tout le reste du mooooonde entier croie en toi et te soutienne. C’est sûr que si c’est pas le cas, c’est normal de “craquer” !  J’aime pas dire ça, parce que c’est pas une tare, c’est juste normal, voilà. En même temps, même si les femmes qui n’en veulent pas et accouchent sans sont heureuses et le disent, j’avoue qu’il y a tout un tas de “détails” qui font que maintenant, je la prendrais si j’en ai le temps.

  3. T’es plus courage que moi 😛 ! Moi, je n’ai même pas envisagé d’accoucher sans 😛 ! C’est ce que je disais dans l’article sur mon accouchement, tant de femmes auraient donné n’importe quoi pour être soulagé de leurs douleurs que ça me parait presque héroïque de ne pas la demander.
    Ceci dit, si je ne le comprend pas, je pars du principe que chaque femme vit son accouchement de la façon qu’elle le souhaite, tout du moins dans le cas où tout se passe bien ! Péri or not péri, c’est un choix personnel 🙂

    Mais j’admire vraiment celles qui accouche sans. Moi, je suis courageuse …. Mais pas téméraire 😛

    • C’est très personnel comme choix ! Et au final, tu as bien fait puisque tu as eu droit à une césa. Je me mets à ta place et sans péri, j’aurais été obligée d’avoir une anesthésie générale, et ça, c’était juste pas possible… Déjà que j’ai pas senti mon bébé naître, fallait au moins que je le voie lol ! Après, beaucoup de femmes donneraient n’importe quoi pour être soulagées, mais il n’y a pas que la péri (je trouve que c’est souvent ce qu’on veut nous faire croire) : la respiration, la sophro… Il y a pas mal de méthodes alternatives qui sont efficaces (si on y croit bien sûr), d’où l’importance de la préparation à l’accouchement selon moi. Au moins, on ne part pas à l’aveugle, on sait tout ce qui se passe dans son corps, et on est… ben, prête quoi ! 😉

  4. perso, je n’avais pas de position prédéfinie sur le sujet. Je ne savais pas, je me demandais bien ce que ça pouvait faire ces fichues contractions… Et quand je me suis trouvée à 4 pattes dans mon salon à beugler comme une vache, j’ai compris que ça allait être une sacrée délivrance, la meuf en blouse blanche avec sa grosse piquouze. En revanche, je suis très déçue car je n’ai rien senti. Rien, rien rien. On m’a donné un bébé alors que franchement, il ne s’était rien passé… Donc, ça, je le regrette vraiment et ça m’a un peu perturbée (sachant qu’on est facilement perturbable à ce moment de notre vie héhéhé). La prochaine fois, c’est sûr, je serai très précise pour que le dosage soit moins fort. Je veux sentir mais pas souffrir… On verra bien si je suis comprise, mais je l’espère vraiment car cette naissance avait quelque chose de frustrant…

    • Tout pareil !! Je n’ai RIEN senti !! Mais rien de rien, de rien… Et mon bébé, j’ai pu l’attraper mais comme il était tout violet et qu’il n’a pas crié, hop, direction la réa… DOnc au final, je suis ocntente d’avoir été un peu (OK beaucoup) dans les vappes, sinon je crois que je l’aurais encore plus mal vécu. Là pour le coup, je n’ai pas tellemennt réalisé, et je crois que ce n’est pas plus mal…

      En revanche, moi j’avais la péri que tu doses toi-même… Une vraie “connerie” car après deux shoots, j’en ai rajouté parce que “foutu pour foutu autant rien sentir du tout…” Ah ben tu m’étonnes, efficace le zinzin ! 😉

  5. au fait, moi aussi, le premier a duré à peine 5h alors clairement pour le deuz’ je flippe… Pas super envie d’accoucher sur mon canapé devant 5 pompiers, en fait 🙂

  6. Avec 🙂
    Mais je comprends tout à fait les arguments du “sans” car effectivement tu dois être plus performante et participative !
    M’enfin, je n’ai rien senti quand on me l’a posée, je n’ai plus senti mes douleurs, je planais comme toi, j’arrêtais pas de dire à grandgars “vas chercher des cartes, on va se taper une belote”, et lui trop pas drôle “non je regarde le monito, il n’est pas question que tu te reposes, il faut bosser nanmého”…. super ^^
    Bref, mini est resté en haut tout en haut (déjà il me cassait les …), mais j’avoue qu’en poussant je n’ai rien senti !
    Puis est arrivé l’heure de “on va appeler le gygy de garde pour vous aider”… beurk, j’aime pas quand vous dites ça, et là, je peux te dire que péri ou pas, les spatules tu le sens bordel !!!
    Mais je suis réaliste, grâce à la péri, sur 14h d’accouchement, j’ai douillé 10 minutes à la fin avec les spatules.
    Le prochain, je vote AVEC encore !

    • C’est clair que pour le 2e, le choix est forcément influencé par le premier accouchement ! Pour avoir eu la péri au premier, je ne pense plus avoir les nerfs (et certainement l’insouciance) de me lancer dans l’aventure sans péri… Mais, encore un fois, tout dépendra de ce que la nature a planifié ! 😉

      Et comme tu dis, on sait jamais ! Episio, spatules, révision utérine… Bon ben pour moi, ce sont autant d’arguments qui me font pencher en faveur de la paille dans le dos ! 😉

  7. Oooh comme je n’en voulais pas de la péri…..j’étais sure de moi, et puis j’ai commencé a en parler autour de moi. Et comme toi, on m’a regardé comme si j’étais folle, on m’a dit que je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait, on m’a dit qu’on me connaissait, que je ne teindrais pas sans…..
    Et puis à 41SA+5j, on m’a déclenchée, et la péri faisait partie du package, je n’ai pas eu le choix pour ainsi dire. J’en ai voulu à la terre entière pendant des semaines, j’en ai voulu au personnel de la clinique, qui connaissant mes souhaits n’a absolument rien faire pour au moins essayer de m’aider a tenir le plus longtemps possible sans. La réaction qui m’a le plus blessée, c’est celle de mon homme, qui m’a dit quelques jours après l’accouchement : “de toute façon, j’étais sur que tu ne tiendrais pas”…..ce jour là, il s’est fait traité de connard

    Mais je reste confiante, pour le prochain, si les circonstances le permettent, je tiendrais bon, je ferais ce que j’ai toujours voulu faire, j’accoucherais sans péridurale, comme ma mère, et mes grands mères avant moi. Notre corps de femme est prévu pour ça, même si la tolérance à la douleur est différente d’une femme à l’autre, je reste persuadée qu’on est toutes capables de le faire!

    • Effectivement, les médecins sont bien souvent dans leur monde, ils ne voient pas les impacts psychologiques que peuvent avoir leurs décisions ou leurs actes… C’est assez pénible ! Après, pour un déclenchement… De toutes façons, on a l’accouchement qu’on a hein, même si c’est parfois dur à accepter. Moi j’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup pleurer quand j’ai accepté la mort dans l’âme… Je peux pas dire que je le regrette, non, mais n’empêche que c’était dur. Et de toyt ce que j’ai pu lire comme témoignages et docs sur les accouchements sans péri, il est CLAIR que la résussite repose en grande partie sur le soutien des équipes et du Papa… Comme toi, je crois que je l’aurais défoncé s’il m’avait sorti une énormité pareille ! Bien sûr qu’on peut y arriver ! Et heureusement, si les femmes en le pouvaient pas, on serait pas là hahaha !!!

      Tu sais, Mathieu trouvait ça ridicule que je n’en veuille pas, pour lui c’était comme de refuser de prendr eun Doliprane quand tu as mal à la tête… Euh oui, sauf que l’accouchement n’est pas un dysfonctionnement physique, enfin je crois pas. Quoi de plus naturel ?? Bref, je crois que c’est un choix perso mais ce serait quand même plus facile avec un peu de soutien hein !

      • Mais c’est comme dans babyboom, même les sages femmes n’y croit pas quand une future maman leur dit qu’elle ne veut pas de péri. C’est représentatif de ce qui se passe en général. C’est leur métier pourtant, alors pourquoi cette insistance pour qu’on la prenne?

  8. Peso je suis un autre extra terrestre je ne m’étais pas du tout projetée dans l’accouchement je m’étais dit que l’on verrait au fur et à mesure. D’ailleurs j’ai bien fait parce que l’on a du m’accoucher d’urgence bébé souffrait et sa vie était en danger, j’ai échappé à la césarienne, j’ai eu droit à un déclenchement qui a super bien fonctionné, d’où péridurale car la douleur vous tombe d’un coup et franchement moi et la douleur hum…perso je ne l’ai pas mal vécu, j’étais heureuse de voir mon fils de suite que çà soit fini et surtout que çà se finisse bien :-))))…

    • EN effet, c’est le principal ! C’est pour ça que je dis qu’il y a ce qu’on veut, et puis ce qui est possible / raisonnable / réalisable. Au final, ce qui compte le plus, c’est la santé de bébé, non ? 😉 Moi bébé était pas en souffrance dedans, mais il a été une fois qu’il est sorti (non mais pas chelou déjà hahaha), et quand j’y repense, je suis contente d’avoir eu un produit qui me faisait planer parce que sinon je serais devenue folle d’angoisse (bébé violet, ils l’ont emmené de suite, je ne l’ai pas vu avant plusieurs heures…). Et de manière très rationnelle, je pense que dans il y a déclenchement, mieux vaut prendre la péri parce que les contractions démarrent vite, et fort… Mais ce n’est que mon avis, et je ne suis médecin, ni maman déclenchée moi ! 🙂

      • Je confirme, avec le déclenchement, il vaut mieux. D’ailleurs ils ne te laissent pas vraiment le choix. Les contractions arrivent d’un coup, super fortes. Dans un travail naturel, ça monte crescendo, le corps a le temps de s’y habituer, alors que là…..perso j’ai cru que j’allais crever. Tu passes en 3 minutes de contractions à 40-60, à des contractions a 150! Juste ignoble quoi!

  9. Comme Isma, je n’avais pas d’avis tranché sur la peri, un peu d’apprehension, mais quitte a eviter la douleur… Pour mon permier accouchement, je ne l’ai pas eue car pas le temps de la faire, bon ben c’est parti… Pour mon 2eme, non plus madame, il y a deja 3 autres accouchements en ce moment et vous etes a 10cm… Bon, pas grave, je sais ce que ca fait… Si j’ai un 3eme enfant, je doute de pouvoir avoir le tps de l’avoir… Toutefois, j’ai eu la chance d’avoir 2 bb très rapidement, 3h et 2h30 de travail, donc je sais que pour ce laps de temps, la douleur est atroce mais supportable. Si javais eu 8h de travail, je l’aurai certainement prise. Je te rejoins donc sur le fait que c’est vraiment la Nature qui decide et ce n’est pas forcément un choix prévu le “sans peri” ! Je pense aussi que toutes les furures mamans sont capables d’endurer cette douleur si on vous dit qu’il n’y a pas le choix ou le temps, on se découvre des capacités formidables dans ces moment là !

    • Tu résumes parfaitement ce que je pense ! On fait des plans, on a des envies, des désirs, et au final, ben c’est la nature qui choisit hein ! Je suis aussi d’accord avec toi sur le fait que la durée du travail a forcément un impact mais ce qui est un peu pénible, c’est qu’on nous demande de choisir assez “tôt”, enfin pas sur le moment quoi. Moi en consult, c’était un peu abstrait… Alors que quand t’arrives et qu’on te dit “Vous êtes à 10 !” euh bah OK, je pousse quoi, et à l’inverse, si on te dit “Vous êtes à 1”, alors que tu as déjà l’impression de crever… Bon ben je vais la prendre, hein !

  10. Péri pr l’aîné et pas-péri pour la belette…et bien j’ai préféré sans péri! Bon dans un sens, je n’ai pas eu le choix du tout du tout car je suis arrivée à 6h à la mat’ et la miss est née à 6h30, pas le temps de poser la perf’, de remonter les barrières, rien pr s’accrocher, j’ai eu l’impression de faire des abdos…c’est le taxi qui a eu chaud pr sa banquette (car oui, j’ai pris un taxi en pleine nuit et je suis gentiment arrivée sur mes pieds à la grande surprise du veilleur de nuit qui m’a lui-même accompagné au bloc naissance “mais enfin, vous z’êtes toute seule????” oui, mon mari est à 400kms dc çà fait un chouia loin). J’ai été très crevée après la péri de Mr J et là, rien, dès que tt le bazar a été fini (points et tt le tralala), j’étais debout à gratouiller ma fille sous sa lampe (elle avait froid), à me balader et à me faire engueuler par la SF qui ne me trouvait plus (je faisais une pause pipi SEULE, zut alors! j’avais fermée ma porte, un peu de dignité, que diable).
    J’ai mis 2 semaines à émerger après la péri, ils avaient du mettre la dose! Là, il valait mieux que je sois apte car le mari ne rentrant que ts les 15 jrs…avec une nouveau-née et un pt de 2 ans…

    • Ah oui alors là tu me fais rêver !! Etre debout, en pleine possession de ses moyens juste après l’accouchement, ça c’est le rêve ! Le pipi en totale indépendance… WOUAAAAH !! 😀 Avec un accouchement rapide (voire très rapide) comme toi, je pense que le côté sans péri est plus agréable (si je puis dire !!) que pour un accouchement de 14 heures. Enfin, je sais pas trop en même temps, j’ai eu un accouchement rapide, avec péri alors je peux pas dire ! 😉 On verra, mais si j’ai le temps, pour bébé 2 je la prendrais je pense…

  11. 3 accouchements sans péridurale pour moi mais pas vraiment par choix :pour ma 1ère,je suis arrivée à la mater dilatée à 8 et le 3 ème,à 9 !!!! et mon mari qui pensait que j’étais douillette ! mouahahah !

  12. Bonjour,

    Je n’ai pas encore d’enfant (mais probablement des essais d’ici quelques mois) mais comme j’ai hyper peur de l’accouchement, je donnerai tout pour que cela passe le plus vite possible et sans douleurs (etat actuel, peut etre que une fois enceinte je changerai d’avis), mais quand meme sans cesarienne si possible, mais du coup avec peri (qui n’a eu aucun effet sur ma mere je crois)

    A+
    Karine

    • Tu a sbien raison ! Chacun fait comme il le sent, et surtout, comme la nature le lui permet ! Il y a des femmes qui veulent la péri et qui n’en ont pas le temps. D’autres qui ne la veulent pas et qui n’ont pas le choix… Quels que soient nos désirs et nos souhaits, on ne sait JAMAIS comment va se passer l’accouchement. Le mien s’est très bien passé mais pas pour mon fils qui était inanimé à la naissance et qui a dû aller en réa… Au final, je pense que sans péri (et le produit qui shoote en mode bisounours), je serais devenue folle de ne pas le voir, de ne pas l’avoir sur moi, de savoir qu’il était intubé et réanimé juste à côté… Je ne te dis pas ça pour te faire peur hein ! Mai sjuste pour dire que tout arrive avec une raison, qui parfois nous échappe… Bons essais ! Et reviens me dire quand ça aura marché ! 😉

  13. 3 enfants, 3 sans péri … et je suis toujours là pour en parler (ce n’est donc pas insurmontable). Il était hors de question pour moi sauf si mise en danger de bébé ou moi que j’ai la péri.
    Pour le premier, on ne sait pas ce qui nous attend, donc pas trop peur du mal. Le 2ème, on sait ce qu’on va endurer donc un peu plus peur du mal mais tant pis, ça ne dure pas non plus des jours. Et le 3ème, pas peur plus que ça. Tout le travail a été fait à la maison sur un gros ballon, arrivée à la mat à 8 cm. 30 min après, bb était là.
    Je ne regrette absolument pas mes choix. Il est vrai que j’ai la chance d’avoir eu des grossesses et accouchements sans problème qui m’ont permis jusqu’au bout de choisir de rester sans péri.
    Et si c’était à refaire, ce serait encore et encore sans péri (dans la mesure du possible toujours).
    Chaque femme si elle le peut doit choisir son accouchement sans se soucier du regard ou des dires des autres. C’est son moment à elle et son bébé et il n’y a qu’elle qui sait ce qui est bien pour elle et son bébé.

    • Hummm je comprends ton point de vue mais je ne suis pas convaincue qu’il n’y ait que la maman qui sache ce qui est bon. Nous ne sommes pas médecin et lorsque 2 anesthésistes et un obstréticien m’ont dit très calmement et sérieusement en consultation “Madame, vous devriez prendre la péridurale, car on ne sait JAMAIS ce qu’il peut se passer, et si césarienne il y a, vous serez sous AG, il y a mieux pour voir son bébé naître”. J’ai choisi de leur faire confiance et je n’ai pas regretté ce choix. Je n’ai pas eu de césa, mais la révision utérine, quand j’en entends parler par des personnes sans anesthésie… ça ne me fait pas envie ! Après, en dehors du corps médical (dont les conseils sont du reste parfois discutables hein, tout n’est jamais tout blanc ou tout noir), c’est vrai que les regards et les dires des autres, on devrait s’en foutre, mais c’est pas toujours facile !

  14. J’ai accouché deux fois sans péri et je ne suis pas morte. Ça fait mal, même très mal, mais la peur de l’aiguille était pire. Et les deux fois on est rentrés à la maison dans la journée.Péri ou pas, c’est aussi culturel, en Suisse, beaucoup plus de femmes accouchent sans péri qu’en France, en AllemAgne encore plus. Et aux Pays-Bas, la majorité des femmes accouchent à domicile.

    • Ah ben ça c’est sûr ! Heureusement que sans, on en meurt pas, sinon il n’y aurait plus personne pour en parler hein ! 😉 Je pense effectivement que dans certains pays, on pouysse “à la consommation”, et cela a d’ailleures été prouvé, que ce soit épiosio, forceps, péridurale, césarienne… Tout comme l fait d’accoucger sur le dos, les pieds dans les étriers, le maximum est fait pour simplifier le travail des médecins. Après, on peut toujours accoucher chez soi si on le souhaite, en France aussi ! Je dirais simplement qu’avec une délivrance partielle et donc une révision utérine, et surtout, surtout, un bébé sans respiration ni pouls qui a dû aller en réa à la naissance, je suis très heureuse d’avoir accouchée à l’hôpital et qu’il y ait eu des personnes compétentes pour le sauver. Après, je respecte le spersonnes qui font d’autres choix, mais mettre bébé en danger, je ne pourrais jamais.

      • le gros problème de l’accouchement a domicile en France, c’est que ça coute 25000E d’assurance par an aux sages femmes qui le pratique, et que 25000€, c’est en gros le montant de leurs revenus annuels….
        Rien n’est fait pour encourager ces accouchements chez soi, pourtant je suis sure qu’on doit etre vachement mieux a la maison, dans son élément, en confiance!

        • Moi je détesterais accoucher chez moi ! Comme quoi, tout est une question de caractère. Je ne veux pas accoucher à tout prix en milieu médical, genre une maison de naissance m’irait trèèèès bien, mais chez moi, c’est chez moi justement. Et hors de question que j’y accouche ! 😉

  15. Je veux!!!! Enfin raisonnable hein, mais je veux bien un pti shoot 😉
    Pour les 3 j’ai eu la chance de l’avoir avec un vrai accompagnement pour doser donc arrivées des babys en douceur mais en participant! (Bon pour numéro 3, ça faiait plus d’effet sur la fin donc j’ai douillé mais je l’ai supporté car j’avais pu me reposer grâce à la péri avant!)
    Je crois que selon l’heure et notre état on gère plus ou moins bien! En arrivant à l’aube à la mater après une nuit quasi blanche j’étais heureuse qu’on me pique! (J’ai jamais vu l’aiguille, ouf!)

    • Oui c’est clair, je pense qu ec’est vriament à décider au cas par cas et ce qui est dur c’est qu’on te demande de décider “hors contexte” genre à 7 mois… Ben je sais pas, vais-ja avoir un travail de 3h ? de 13h ? de 30h ? Ma réponse ne sera pas la même ! Bref, ej sais qu’il faut TOUT préparer mais bon, on peut pas toujours tout savoir. au final, moi aussi j’étais contente de l’avoir au final ! Surtout pour la révision utérine…

  16. Merci pour ce bel article. Je suis sage-femme et pour l’instant je n’ai été que de mon côté d d’la barrière. Je ne suis ni pro péri bi anti péridurale pour mes patientes. Ce sont leur choix, et j’essaye de les accompagner au mieux. Mais perso je n’en veux pas le jour où je serais à leur place, pas pour la gloire, ni pour le côté naturel, mais simplement Parce que l’idée d’avoir “une paille” dans le dos me fait peur.
    Mais c’est intéressant de lire ce qu’une maman peut ressentir. J’ai quand même une question. Pourquoi avoir pris la péridurale à 4cm avec un Eva à 6 ? Pourquoi ce moment là et pas avant ou pas après ?

    • Je comprends tout à fait ta position et je l’admire d’autant plus de la part d’une SF car vous jouez un rôle plus que CRUCIAL dans la venue au monde de nos bébés !! D’ailleur son ne se connait pas, mais merci de faire ce métier magnifique !!

      Et pour la pose… ben je sais pas, je suis arrivée à la mater après avoir perdu les eaux, mais le travail n’avait pas commencé. On m’a dit d’aller me promener et de revenir “quand j’aurai mal”, j’ai ri intérieurement en me demandant ce que ça voulait dire… Et bon, après, j’ai compris, je suis revenue, j’étais à 4 et je pouvais encore me balader hein (je venais de le faire et j’aurais pu encore un peu genre 30 minutes je pense) et là on m’a dit “Bon ben allez, en salle de travail, on va vous poser la péri !” moi : “déjà ?? j’ai pas le doit à la salle de prétravail avec le jaccuzi??” “Ah non, Madame, on y va !” Bon ben OK… j’ai pas posé de question en fait…

  17. Je l’ai eue aussi pour mon deuz (ma prems est née par césa sans travail préalable). Sur le moment franchement j’aurais pu rouler un patin à l’anesthésiste parce que comme toi j’étais dilatée à 4 et je commençais à douiller ma mère 😮 J’ai compris pourquoi on l’appelait la Fée Péridurale à ce moment-là. J’aurais presque pu dormir si je n’avais pas eu si froid (un effet 2ndaire de la péri a priori). Là où j’ai moins kiffé, c quand ça a été le moment de pousser et que (contrairement à ce qu’avait annoncé l’anesthésiste) je ne sentais RIEN car la péri était trop dosée. Comme toi j’ai heureusement réussi à pousser, mais je l’aurais eu mauvaise si on avait dû partir en césa à cause de ça… Pour un troiz je pense que je la re-demanderai aussi (c’est tellement confortable…) mais j’aimerais qu’elle soit moins dosée… A vrai dire j’envie les maternités avec une pompe où tu doses toi-même… C’est vraiment l’idéal…

    • Oui pareil, la nénette me dit “vous ne sentez pas Madame quand vous poussez ?” EUh ben non… Que dalle ! Heureusement qu’elle a su trouver les mots et qu’Hibou était pressé de sortir ! 😉

      Par contre, j’ai eu la pompe où tu doses toi-même et comment te dire… NE PAS FAIRE CONFIANCE à une femme en train d’accoucher, jamais ! J’avais tellement peur et en plus j’étais tellement dépitée (car je n’en voulais pas au départ) que je me suis dit “Foutu pour foutu, allons-y Allonzo” et j’ai appuyé, appuyé, appuyé… hum hum hum !

      • pareil, j’avais droit à la pompe où tu doses toi meme et j’ai flippé, surtout quand la SF m’a dit “et ça, ce n’est que le début”… j’ai appuyé appuyé et bim bam, n’importe quoi… Bon, en plus, j’avais la trouille parce qu’avec une grosse scoliose, l’anesthésiste m’avait dit que ça ne passerait peut etre que d’un coté alors bon, je me suis dit qu’une grosse dose éviterait peut etre que ce soit trop chelou… mauvaise idée. A ne pas refaire 🙂

        • Pareil !! Du grand n’importe quoi hahaha ! Surtout quand la SF m’a dit : bon, vous vous êtes grande alors faut pas attendre de sentir que vous avez mal pour appuyer, sinon, ça mettra trop de temps à agir ! Donc j’ai flippé et appuyé appuyé appuyé… Pffffff ! 😉

  18. alors moi, je n’en voulais pas, et j’ai fait sans ! et franchement, ça fait maaal mais je recommencerai sans hésiter !

    par contre, je pense que la tienne était 1000 fois trop dosée, normalement une bonne péri permet de sentir quand même, notamment pour réussir à pousser (bon, tu as réussi toi, mais parfois c’est compliqué quand on ne sent rien).

    et sinon, astuce : on peut aussi la poser sans y mettre de produit. ça permet de l’avoir au cas où il faille anesthésier (genre césa d’urgence) tout en accouchant sans péri comme on le souhaitait 🙂 ça peut être une idée pour le prochain.

    • Je pense que pour Bébé 2, je la ferai poser mais sans produit au cas où et puis je me ferais un petit pschittt juste avant l’expulsion si je tiens, ou avant si j’en peux plus… Enfin, ça, c’est si on a les temps ! Parce qu’ils m’ont bien dit à la mater : “pour le 2e, il faudra venir DE SUITE Madame, DE SUITE”… Vu que j’ai accouché en 3h du premier… Même si ça veut rien dire, je prendrai p’tet pas le temps de manger et de me faire belle comme j’ai pu le fair epour Hibou… On verra, verdict fin mai !! 😉

  19. ha ha j’ai bien aimé ton article ….Pour mon premier j’étais comme toi , j’aurai embrassé l’anesthésiste quand il m’a fait ma péri ! Le top après 9 heures de contraction enfin du soulagement …..mais bon …J’ai eu une péri de cheval et je n’ai rien senti , rien de rien …..et les même suite que toi d’ailleurs ….pas sympa.
    J’ai quand même eu l’impression avec le recul que j’avais raté quelque chose.
    Du coup 6 ans plus tard avec la maturité qui va avec , j’ai décidé que c’était moi qui allait accoucher et personne d’autre. Pas la sage femme qui te dit de faire ci ou ça , ni le gynéco qui décide de te couper sans envisager autre chose. Ou qui décide de te faire une révision utérine dans les 5 mins qui suive ton accouchement parce qu’il est pressé de partir à ces consultations…..
    Bref j’ai établi un projet de naissance pour un accouchement naturel et j’ai accouché sans péri et assise . Les sages femmes m’ont laissé faire tout ce que voulais (vu que tout ce passait bien) .Ce fut plus rapide que le premier et j’en ai bavé ….je vais pas dire le contraire, mais toute la préparation que j’ai eu en me documentant et en trainant sur un forum d’accouchement naturel m’ont super aidé ! je savais tout ce qui allait se passer alors je n’avais pas peur….Un accouchement merveilleux ! et 100 pour cent naturel.
    La par contre aucune suite , debout de suite après pour faire pipi …incomparable. J’en aurai plus d’autres mais si c’était à refaire je recommencerai. Mais je respecte le choix de chacune et c’est cela le plus important que nos choix soient respecté le jour de notre accouchement ! Ce qui hélas n’est pas souvent le cas !

    • C’est clair, respecté le jour J mais aussi avant. Dans la très grosse mater où j’accouche (niveau 3, plus de 3000 naissances par an), ils ne te demandent pas si tu as un projet de naissance. Bon, en plus, tu peux en avoir un et la nature en décider autrement hein. Et puis je n’ai aucune pathologie grave mais avec : un souffle au coeur + un autre souci cardiaque bénin + une malformation de la colonne + un premier bébé qui a dû aller en réa à la naissance, les médecins ne laissent plus trop de choix ! Quelque part c’ets pénible, mais d’un autre côté, leur job, c’est de grantir la survie de l’espèce et soigner le sgens hein. après, je pense qu el’écoute n’est malheureusement pas souvent au RDV et c’est ça que je trouve dommage… Moi j’étais suivie par une psy pour toute autre chose mais du coup, je pense que ça m’a vraiment aidée à accepter l’inévitabilité de la péri 😉

  20. Coucou
    très intéressant ton article, de base pour mon premier garçon j’espérais un accouchement le plus naturel possible donc pas de péri.
    Malheureusement j’ai du être déclenché car mr n’avait plus assez de liquide même si le col était long, fermé et lui perché dans mes côtes…
    Le déclenchement a été assez long (première pose de produit le samedi à 14h arrivée de bébé dimanche à 22h15…) et en plus nous avons eu des frayeurs à cause de son rythme cardiaque qui faisait un peu ce qu’il voulait de temps en temps…
    J’ai quand même tenu jusqu’au dimanche 15h (sachant que les “vraies” contractions ont commencées à 2-3h du matin) avant de faire poser la péridurale.
    La chance que j’ai eu c’est que j’ai été très bien conseillée et soutenue par le personnel médical et par mon mari qui connaissait mon envie et qui a su trouver les mots pour me réconforter.
    Nous avions peur que cela se finisse en césarienne et je ne voulais surtout pas risquer une AG moi non plus c’est ce qui a motivé mon changement d’avis.

    Et je ne l’ai jamais regretté car l’accouchement a été sportif, ventouse, belle épisio et hémorragie de la délivrance… On nous a clairement dit que sans péri j’aurai fini en césa d’urgence… J’ai de plus eu la chance énorme d’avoir une péri parfaitement dosée, je n’avais aucunes douleurs mais je sentais tout et ça c’est du bonheur en barre!

    Numérobis est prévu pour le 31/12, dans l’idéal j’aimerai mon accouchement sans péri mais je ne suis pas fermée car comme tu le dis si bien on ne décide pas seule de comment les choses vont se passer ^^

    Désolée du roman!

    Belle soirée à toi bisous

    • Oh là là, tu as eu l’accouchement qui me faisait cauchemarder !! Déclenchement + travail long… c’était ma pire angoisse (tu vois là que je te regarde comme une vétérante du Vietnam ??). Il y a des cas où effectivement, la péri sauve des accouchements, moi je sais que j’aurais très très mal vécu de ne pas assister à la venue au monde de mon fils, donc… et comme tu dis, on ne peut jamais savoir ! La nature fait TOUJOURS ce qu’elle veut ! Mais dis-moi, y a trop de suspenses pour le 2e là ???? 2014 ou 215… tic tac tic tac 😀

      • Ha ha ha mais non il ne faut pas me regarder comme ça… Quoi que 😉
        En tout cas je sais que certaines de mes copines m’ont trouvée dingue de recommencé aussi vite après avoir vécu “ça” comme elle dise ^^

        Si trop de suspens je veux qu’il arrive!!!!! Pitié pas de rab et si je peux ne pas arriver jusqu’au bout je prends aussi (bon s’il peut éviter le 24 et 25 ça serait sympa quand même)

        • Oh tu m’étonnes !! Je ne suis qu’à 3 mois et pas de rab pitié Seigneur !! Par contre tu vas voir qu’il va t’entendre et arriver le 24 ou le 25 hahahaha !!! Bonjour le repas de Noel à la mater, franchement, tu cumules mes cauchemars de la maternité toi !! 😀

  21. Arf, moi aussi, j’ai eu une péridurale sur-dosée pour mon premier, paralysée des jambes au cou, du coup c’est la sage femme qui m’appuyait sur le ventre en me disant quand pousser, fantastique (ironie), je n’ai rien sentie (les boules), j’ai vraiment eu peur de ne jamais avoir de complicité par la suite avec mon enfant, on m’a pris ce jour là, un vrai moment de bonheur …

    Pour la seconde, pas de péri jusqu’au bout, c’était magique cette sensation de gêne entre mes cuisses en 10 min, c’était fini. Quand j’y repense, je suis toute émue et vu que ma fille était un peu trop rapide pour arriver, c’est la sage-femme qui m’a accouché, quand mon gygy est arrivé après la bataille, elle l’a regardé en lui disant “elle voulait pas de péridurale”, genre, c’est une obligation ? Pas de péri, t’es un ovni !

    Pour mes jumeaux (mes derniers), césarienne avec péri mais, j’ai tout senti, la poche des eaux se rompre, l’écarteur (c’est gore), quand elle les a sorti, j’ai adoré aussi.

    Conclusion, je pense que si la péridurale est très bien gérée, on peut ressentir beaucoup de sensations la douleur en moins 😉

    • Oui c’est clair que le dosage doit vraiment y être pour beaucoup, mais quand tu as une pompe à disposition et que c’est toi qui doses ET qui accouches, fatalement, tu appuies à moooooort sur le bouton et donc forcément c’est surdosé. Bon et en plus, je pense que je suis très réceptive à la morphine donc il y a aussi le côté “planant” qui a surfonctionné chez moi. Bon au final, c’est pas plus mal vu que sinon je crois que je serais morte d’angoisse (un peu comme mon mari qui était vraiment paniqué) quand ils ont emmené Hibou pour le ranimer…

  22. Comme toi, je préférais accoucher sans péridurale. Well et puis après 11h de travail et seulement 3 petits centimètres de dilatation, j’ai demandé la péri (le mot césarienne passait déjà de médecin en sage-femme et avec la douleur, la fatigue, etc. je me suis dit que la péri serait ma seule chance d’y couper !).

    Après, je ne sais pas comment ça se passe dans les autres maternités mais dans la mienne, j’avais bien précisé que si péri il y avait, je voulais quand même sentir mes contractions, et me sentir actrice de mon accouchement.
    Tout est une question de dosage après.
    Dès que ça faisait trop mal je demandais qu’on me remette une petite dose mais l’anesthésiste faisait bien attention à pas trop m’en mettre non plus, pour respecter mon choix et ma volonté d’être active sur la phase de délivrance (oh yeah).
    J’ai donc senti toutes mes contractions, je savais quand je devais pousser, etc et franchement, c’était incroyable de sentir que j’aidais vraiment mon fiston à venir au monde (mais sans douiller, enfin sans trop douiller).

    Tout ça pour dire qu’il y a un juste milieu entre l’accouchement “bestial” sans péridurale et la péridurale où t’es dans le coltar complet 😉

    (bon sinon ça fait genre 2h que je suis sur ton blog et que je lis tous les articles, j’A-DO-RE ! 😀 – sisi je travaille, un peu ^^’)

    • Ici, on a la péridurale dosée soi-même. Grave erreur de faire confiance à une mamounette ( a fortiori primipare) qui est en train d emettre bas. Evidemment que t’appuies comme une maboule, jusqu’à plus rien sentir ! Et surtout, j’étais tellement dépitée et triste que je me souviens avoir dit à mon mari “foutu pour foutu, autant y aller franco”… Mouais… On verra pour le 2e mais j’ai comme le pressentiment que la naissance n’aura rien, mais laors, rien à voir ! Affaire à suivre… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.