24 heures

Et puis des fois, tout ne se passe pas comme prévu.

Aujourd’hui, on m’a dit que j’avais l’air rayonnante. Et pour cause. Je viens de récupérer mon petit poussin après 24h de séparation.

24h, c’est pas grand chose dans une vie, mais hier quand on m’a dit “Madame, il y a un problème. Votre fils va être transféré en chirurgie pédiatrique dans un autre hôpital, mais vous ne pouvez pas le suivre”, elle s’est arrêtée la mienne, de vie.

24h, c’est pas grand chose dans une vie mais ça remet les idées en place, en pleine montée de lait, sans bébé à allaiter.

24h c’est pas grand chose dans une vie, mais c’est long, très long, lorsqu’on est seule et qu’on entend pleurer les bébés des autres juste à côté.

24h c’est pas grand chose dans une vie, mais 2 jours post partum, mon monde s’est effondré. Plus de peur que de mal, finalement. Retour à la case départ, fausse alerte, on peut continuer à respirer.

Et pendant tout ce temps, entre les larmes et la fatigue, les seins douloureux et les joies des suites de couches, j’ai serré les dents. J’ai tiré mon lait. J’ai parlé à mon fils qui était à plusieurs kilomètres de moi.

Et j’ai eu confiance. Je me suis répété “Tu es une battante ! Regarde, tu tires ton lait pour ton bébé qui n’a pas 3 jours. Tu as des tranchées sans même pouvoir admirer le fruit de ton travail. Tes seins te font mal et pourtant… Tu continues, tu traces TA route. Tu es là, tu fais ce qu’il faut.”

Je n’ai jamais douté. J’ai eu peur, très peur. J’ai eu des craintes. Et des doutes. Mais je n’ai pas douté de moi. C’est incroyable ce qu’on peut faire quand on a la foi.

24h, c’est pas grand chose dans une vie. On s’est retrouvés, tu as tété comme si nous n’avions jamais été séparés.

Maintenant, on va juste vivre et oublier tout ça.

Share Button

Ça va aller

Je voulais faire un petit post sur Instagram, un truc pas bien long pour expliquer que le Gluts avait finalement été hospitalisé cette nuit. Et puis non. J’ai envie de laisser une trace, pour toi parent qui ne t’écoute pas, parent qui n’ose pas. (suite…)

Share Button

Gauchiste

Quand j’ai commencé ce blog, je me suis juré de ne jamais faire de politique. Parce que s’engager, c’est aussi cliver, dire “je suis d’accord” à certains et “non, je ne pense pas comme toi” à d’autres. Il y a longtemps, dans une autre vie, j’ai écrit cet article qui disait à quel point j’étais consensuelle, à quel point je refusais, je freinais des quatre fers pour ne PAS prendre parti.  (suite…)

Share Button

Love Manifesto – porte-bébé One Air de Babybjorn

Je vous entend d’ici les choux : “Il y a trois mois, elle disait que c’était fini…” Oui, je plaide coupable, je vous ai fait sortir vos mouchoirs en vous annonçant la fin du portage chez nous… Mais, entre temps, un joli petit oiseau est venu se nicher au creux de moi, et ça, personne ne le savait (sauf lui) au moment où j’ai tourné la page du portage ! “Quoi, elle fait de la pub pour cette marque ! Mais c’est pas du portage physio !” Oui, je plaide coupable parce qu’aujourd’hui, je vais te parler d’une marque plébiscitée par les uns, décriée par les autres, j’ai nommé : Babybjorn ! (suite…)

Share Button

La location de porte-bébé avec My Wonderful Kids

La location de porte-bébé, tu connais ? Si tu as ponctuellement besoin d’un préformé pour tes vacances, ou bien d’une belle écharpe de portage pour une occasion spéciale comme un mariage et que tu n’as pas envie -ou pas les moyens- d’investir, pense à la location ! (suite…)

Share Button

Alfie, il a pas de Papa

Depuis quelques semaines, il y a un nouveau dans la classe de Hibou. Alfie*. Alfie est grand, blond et souriant. Apparemment, il aime faire comme il a envie et pas comme dit la maîtresse. (suite…)

Share Button

Et puis le silence

Non tu ne rêves pas, voici mon 312e come-back ici. Comme une envie de printemps, de renouveau. Je sors de l’hiver et je m’ouvre à nouveau. (suite…)

Share Button

Les Faire-Part de Gaspart

Pour une naissance, un mariage ou tout autre événement particulier, les faire-part sont le passage obligé. L’année dernière, vous avez été des centaines à nous aider, ma famille et moi, et même s’il n’y a rien que je puisse faire pour vous montrer un centième de ma gratitude, j’ai pensé que faire une jolie carte de remerciement serait une bonne idée. (suite…)

Share Button

Ode à la vie

Quand, allongé à côté de moi, tu passes ton bras autour de mon cou sans te relever et que tu plies le coude pour rapprocher ma tête de la tienne, comme pour me dire « we belong to each other »… Quand tu tricotes les petites mèches qui s’échappent de mon chignon, là, sur ma nuque. Quand tu me respires en frottant ton visage sur le mien. Animal, instinctif, sauvage.

Oh ces moments-là. Même dans les moments les plus sombres, même après avoir usé et abusé de ma patience, même après t’être levé à 5h30, comme tous les matins depuis maintenant un mois… Oh ces moments-là. Il n’’y a que toi qui aies ces gestes envers moi. Comme une évidence.

Toi que parfois j’appelle ma glu, ma sangsue, toi, celui que je voudrais parfois pouvoir laisser dans sa chambre le temps de faire autre chose. Toi qui m’appelles et viens inlassablement me voir tous les soirs des heures durant en coassant « ReTer A’c toi Ma-man ». Toi qui es insatiable de moi.

Mon BABI, mon rebelle. J’ai mis tant de temps à comprendre que tu m’aimais à ta façon. J’ai eu tellement peur qu’on n’y arrive jamais. Que le lien ne reste symbiose et ne devienne jamais complicité et amour.

Ta tendresse envers moi, Gustave, c’est plus qu’un geste qui me transperce et me transporte. C’est une ode à la vie.

Share Button

Shikata ga nai

C’est fini.

Et rien que d’y penser, mon cœur se serre dans ma poitrine, et je ressens ce tiraillement dans mes entrailles, cette pulsation qui me remue les tripes.

J’ai tellement de mal à le dire, peut-être que l’écrire noir sur blanc me fera du bien, me permettra de passer à autre chose, de LACHER PRISE, enfin. (suite…)

Share Button